Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Cameroun/Louis Essem : Voyage artistique au bercail


Alwihda Info | Par - 30 Juillet 2019 modifié le 30 Juillet 2019 - 13:08

L’artiste musicien et chansonnier d’origine camerounaise, installé en Hexagone, célèbre en ce mois d’août 2019 la parole sur deux scènes. D’abord au cours d’un concert à Obala le 17 août en faveur du Collège Jean XXIII qui aura participé à sa formation, puis à l’occasion d’un spectacle baptisé « La nuits des paroliers » prévu à Yaoundé le 24 août.


Un talent partagé entre la poésie classique, la chanson, le balafon et la guitare.
Un talent partagé entre la poésie classique, la chanson, le balafon et la guitare.
Le prochain passage au Cameroun de Louis Essem sera fort chargé, car consacré essentiellement au spectacle musical qui occupe l’artiste de renommée internationale depuis des décennies. En effet, dans l’optique de mobiliser les énergies et de donner un nouveau souffle au collège Jean XXIII, un établissement scolaire confessionnel qui a contribué à la formation de plusieurs générations depuis plus de cinquante ans, un concert de musique sera organisé à Obala, dans la région du Centre, le 17 août 2019. Il sera principalement animé par l’artiste qui, à l’occasion va être accompagné par d’autres artistes du terroir. Son style musical se situe entre traditions, chanson française, ethno-jazz et musique du monde. Le Camerounais passionné du Français Georges Brassens et des sonorités traditionnelles africaines, a su se forger une identité artistique avec le temps qui passe.
Le 24 août prochain, au Parallèle club situé à Yaoundé, le poète-psychologue partagera la scène avec d’autres artistes musiciens, humoristes, peintres, griots et chansonniers, à l’instar d’Ottou Marcelin, Mbani Atangana, Bikarata, Stef Oki et bien d’autres. Ce sera dans le cadre de « La nuit des paroliers », un évènement culturel de promotion des arts du récit du Cameroun, sous diverses formes d’expression.
L’édition 2019, première du genre, a pour thème « célébrer la parole, instrument du vivre ensemble africain ». Par ailleurs, l’événement culturel se tiendra désormais chaque année dans les différentes villes du Cameroun.
Patrimoine culturel
Pour cette première édition, « La nuit des paroliers » va œuvrer pour la promotion des arts du récit camerounais dans le but d’intéresser le public, soutenir et accompagner la professionnalisation des artistes opérant dans les arts du récit d’une part. D’autre part, il sera question de la promotion des arts culinaires traditionnels camerounais ainsi que l’initiation et la formation des jeunes et adultes aux arts du récit, question de valoriser le patrimoine culturel du Cameroun.
Né à Efok, un petit village situé dans le département de la Lekié dans la région du Centre Cameroun, Louis Essem est pris par l’amour pour l’art très jeune, au moment où il fait ses premières classes de balafon auprès de ses ainés Kisito Owona et Armando Bill. Il va faire sa première apparition publique lorsqu’il prestera en compagnie de la chorale de la paroisse Sainte Anne d’Efok, alors qu’il est âgé seulement de 9 ans.
Son passage au séminaire va éveiller en Louis Essem d’autres passions et de nombreux talents notamment la rencontre avec la poésie classique, la chanson, le balafon et la guitare. Au passage, il remporte en 1993, le concours Mutzig Tour qui est l’un des plus prestigieux concours de musique et de chanson au Cameroun à cette époque-là, avec une de ses compositions « L'alliée », puis effectue un tour au sein de l’orchestre de l’Université de Yaoundé I, avant de s’installer en France. Aujourd’hui, c’est un artiste accompli qui continue de tracer merveilleusement son sillon sur la scène internationale.