Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
MEDIAS

Cameroun : baromètre de la liberté de la presse 2022


Alwihda Info | Par Olivier Noudjalbaye Dedingar, Expert-consultant, humanitaire et journaliste indépendant. - 13 Mai 2022

Le Cameroun est un pays fascinant de l’Afrique centrale, et ses habitants se sont joints au reste du monde pour commémorer la Journée mondiale de la liberté de la presse la semaine dernière.


Malgré l'un des paysages médiatiques les plus riches d'Afrique, le Cameroun est l'un des pays les plus difficile du continent pour les journalistes, qui travaillent dans une atmosphère hostile et précaire. En raison du contexte politique parfois hostile, pratiquer le journalisme dans le pays est une entreprise difficile pour ceux qui veulent rapporter des informations vraies.

Les journalistes qui veulent rapporter la vérité font face à de graves menaces
Malgré le fait que le Cameroun compte un nombre élevé de médias (environ 500), la création d'un journalisme indépendant et critique reste difficile. Le Messager, Le Jour, Mutations, L’essentiel du Cameroun, The Guardian Post, Current Challenges et la société d'État Cameroun Tribune sont les principaux journaux. Equinoxe TV, Canal 2 International, Siantou et Royal FM sont parmi les plus connues des nombreuses stations de radio et de télévision privées. Au cours des 40 dernières années, la station de radio et de télévision publique CRTV a été la voix d'un gouvernement dirigé par le président Paul Biya.

Un média ne peut pas adopter une position éditoriale critique et indépendante sans faire face à de graves menaces et à un harcèlement si ses reportages mettent en péril les intérêts du gouvernement et de ses fonctionnaires. Cette atmosphère encourage l'autocensure, la plupart des médias se rangeant du côté du gouvernement ou de leurs proches. Tous les membres du Conseil national de la communication (CNC), le régulateur des médias, sont nommés par le président de la République.

Les lois sont fréquemment enfreintes afin de harceler et de punir les journalistes, et des tribunaux spéciaux sont parfois utilisés pour le faire. Un tribunal militaire et le statut antiterroriste de 2014 ont été utilisés pour emprisonner un journaliste de Radio France Internationale pendant deux ans et demi.

Le journalisme est une profession difficile au Cameroun
Le journalisme est un métier dangereux au Cameroun, et l'indépendance de ses praticiens en souffre. Certains financements gouvernementaux sont offerts aux médias, mais ils sont jugés insuffisants et ne sont accessibles qu'aux sources qui représentent les points de vue du gouvernement. Les sympathisants du gouvernement sont connus pour avoir lancé une organisation médiatique entièrement nouvelle afin de saper financièrement celle qui était trop critique à l'égard du gouvernement.

De plus en plus de médias se développent sur la base de critères ethniques ou religieux, ce qui contribue à la polarisation du débat public et favorise les préjugés et la diffamation. Les journalistes camerounais sont régulièrement menacés de violences verbales ou physiques, de détention, de bâillonnement, voire de meurtre. Après avoir été emprisonnés pour des accusations de diffamation pendant respectivement 24 et 16 mois, deux journalistes, Paul Chouta et Emmanuel Mbombog Mbog Matip, ont finalement été libérés en 2021.

Les journalistes de l'Ouest anglophone du pays sont fréquemment accusés d'être impliqués dans un mouvement séparatiste qui existe depuis quelques années. Un journaliste de ce genre a été arrêté en 2019 et est décédé quelques jours plus tard, alors qu'il était détenu au secret. L'enquête impartiale prévue n'a jamais été menée.

Les journalistes Camerounais participent à la Journée mondiale de la liberté de la presse
Cette année, ils ont honoré la Journée mondiale de la liberté de la presse (3 mai), en appelant les forces gouvernementales et les rebelles à cesser de harceler les journalistes qui rapportent la lutte séparatiste. Selon les médias camerounais, au moins 80 journalistes ont fui les régions turbulentes de l'Ouest du pays en raison de menaces à leur sécurité.

Les séparatistes et les forces gouvernementales menacent Lambert Kehven de mort
Lambert Kehven, 36 ans, est boulanger à Yaoundé, la capitale du Cameroun, mais il y a deux ans, il était reporter pour Canal 2 International, l'une des principales chaînes de télévision du pays, couvrant les conflits séparatistes dans la région du nord-ouest du Cameroun.

Après avoir documenté une attaque contre une ville qui a fait des centaines de morts et des maisons incendiées, Kehven affirme qu'il a choisi de quitter la région et son travail. Étonnamment, il ne s'agissait pas d'un reportage sur la cruauté ou l'effusion de sang qui l'avait poussé à s'échapper ; c'est plutôt lorsqu'il a reçu l'ordre de rapporter les mensonges des rebelles anglophones et des soldats du gouvernement qu'il a senti qu'une frontière avait été franchie. « Après avoir été intimidé sous la menace d'une arme, les combattants m'ont ordonné de signaler que les maisons avaient été incendiées par les militaires », a-t-il déclaré.

« Quand je suis finalement arrivé sur le site où les maisons ont été incendiées, les militaires m'ont également ordonné de signaler que les maisons avaient été incendiées par les séparatistes. » Les séparatistes et les forces gouvernementales, selon Kehven, ont demandé à lire leurs rapports avant leur publication et ont menacé de le tuer s'il rapportait quoi que ce soit de désagréable à leur sujet.

Quelques rapports de l’association camerounaise des journalistes anglophones
Les combattants militaires et rebelles au Cameroun nient tous deux avoir intimidé ou agressé des journalistes. Selon l'Union des journalistes du Cameroun, depuis le début de la crise en 2017, les séparatistes ont enlevé 16 journalistes, dont quatre sont morts en captivité. Les autorités camerounaises accusent les séparatistes d'avoir attaqué 12 stations de radio communautaires dans les régions de l'Ouest, ainsi que la fermeture de huit publications.

Entre-temps, l'Association camerounaise des journalistes anglophones (CAMASEJ) rapporte que les forces gouvernementales ont arrêté neuf journalistes qui couvraient depuis ces régions. Selon la CAMASEJ, au moins 80 journalistes ont évacué les provinces de l'Ouest, la majorité s'installant dans les villes de Douala, Yaoundé et Bafoussam.

Quelques déclarations de Ngah Christian Mbipgo
Ngah Christian Mbipgo est l'éditeur en chef de l'Association camerounaise des éditeurs de langue anglaise et l'éditeur du seul quotidien anglophone du Cameroun, The Guardian Post. Il affirme que son organisation soutient les journalistes qui sont attaqués par les militaires et les rebelles connus sous le nom de combattants ambazoniens ou Amba.

« La première chose que vous devez faire est de leur parler, de les construire psychologiquement, de leur faire voir l'importance de reprendre confiance en eux et de guérir leur esprit », a-t-il déclaré. « Parfois, nous sommes allés jusqu'à fournir une assistance médicale à ceux d'entre eux qui auraient subi une ou deux attaques de la part des militaires ou des combattants d'Amba. Nous avons offert à certains d'entre eux des bureaux au Guardian Post. Ils ont accès à Internet ».

Des exhortations sont adressées au président camerounais pour la libération des journalistes emprisonnés
En février, le Comité pour la protection des journalistes s'est joint à 26 autres organisations pour exhorter le président camerounais Paul Biya à libérer toutes les personnes emprisonnées, pour avoir exercé leur droit à la liberté d'expression, dont quatre journalistes.

Entre 2016 et 2020, Thomas Awah Junior, Mancho Bibixy, Tsi Conrad et Kingsley Fomunyuy Njoka ont été arrêtés et sont incarcérés à la prison centrale de Kondengui à Yaoundé. Les quatre journalistes ont été inculpés de terrorisme et de complot avec des séparatistes, ce qu'ils nient.

Les déclarations du ministre camerounais de la Communication
Malgré les arrestations, le ministre camerounais de la communication, René Emmanuel Sadi, insiste sur le fait que les médias sont libres dans le pays, mais met en garde les journalistes contre « les tentatives de porter atteinte à l'image du pays ».

« Les hommes et les femmes des médias au Cameroun exercent leur travail quotidien en toute liberté et indépendance. Cependant, l'incitation à la violence et à l'hostilité contre la patrie n'est pas tolérable dans un État de droit et dans une société de liberté et de responsabilité », a-t-il déclaré.

À l'occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, l'Association camerounaise des journalistes anglophones a exhorté les combattants rebelles et les troupes gouvernementales à cesser de prendre pour cible les journalistes. Les séparatistes se battent pour un État anglophone indépendant dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest du Cameroun depuis 2017.

Cameroun : baromètre de la liberté de la presse 2022