Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Cameroun : l’ambassadeur de Belgique au Cameroun convoqué au ministère des Relations extérieures


Alwihda Info | Par - 14 Juin 2021


Suite aux actes de vandalisme perpétrés ce lundi 14 juin à 10 heures, au sein de la représentation diplomatique du Cameroun en Belgique, l’ambassadeur de Belgique au Cameroun, Eric Jacquemin, a été convoqué le même jour à Yaoundé, par le ministre camerounais des Relations extérieures, Lejeune Mbella Mbella

Selon le diplomate belge, « il est difficile ici de parler d’une défaillance des mesures sécuritaires autour de la représentation diplomatique, puisque l’acte a été savamment prémédité par les manifestants ». En effet, les services de sécurité belges ont simplement été dupés par un groupe de Camerounais, se réclamant, pour la plupart, de la fameuse Brigade Anti-Sardinards (BAS), un mouvement proche du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) de l’opposant au régime de Yaoundé, Maurice Kamto. Ces derniers qui jouissent de la double nationalité, se sont rendus à la représentation diplomatique, sous le prétexte de visa.

En réalité, ces manifestants demandent la libération de trois personnes interpellées à Penja, une localité située à une soixantaine de kilomètres de Douala, dans la région du Littoral au Cameroun. Leur interpellation fait suite à la publication, d'une vidéo devenue virale sur les réseaux sociaux. L'un de ces personnages, Clémence Ytembe Bonda, actuellement écroué à la prison de Manga, y tient des propos injurieux à l’égard du président de la République, Paul Biya, ainsi qu’aux membres du gouvernement camerounais.

Face aux incidents de Bruxelles de ce jour, les autorités belges entendent ouvrir une enquête, dans le but d’établir les responsabilités de chacun de ces individus. Ils devraient par ailleurs répondre de leurs actes devant les juridictions compétentes. A coup de gaz lacrymogènes, les manifestants ont été expulsés de l’ambassade, puis dispersés par les forces de maintien de l’ordre belges. A travers ces actes de vandalisme, le parti politique de Maurice Kamto vient de créer des remous diplomatiques entre le Cameroun et la Belgique. Et ce n'est pas la première fois que le groupe, qualifié de « Branche armée du MRC », s’illustre par des actes de violence dans des ambassades camerounaises en Europe.