Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ANALYSE

Centrafrique : Après le limogeage des DG de la gendarmerie nationale et de la police, les jours du DG de la SOCASP sont-ils réellement comptés ?


Alwihda Info | Par Kim SOUMAKPRA - 25 Août 2015


Centrafrique : Après le limogeage des DG de la gendarmerie nationale et de la police, les jours du DG de la SOCASP sont-ils réellement comptés ?
Après les vagues de sanctions qui sont tombées à la gendarmerie nationale et à la police, place maintenant au bilan. Personne n’est sans savoir que la colère de la Présidente de la transition contre son cousin DAMANGA, désormais ex-DG de la gendarmerie ne date pas d’aujourd’hui. Depuis la nomination de la toute puissante DG des douanes Mme Rachel NAGKOLA à la tête de cette institution, rien ne va entre DAMANGO et SAMBA PANZA. Les deux hommes se côtoient malgré eux. Dans un entretien avec l’ax patron de la gendarmerie, celui avait déclaré que Mme Ngakola lui en voulait parce qu’elle souhaitait avoir des relations intimes avec le patron du BCAGS qui se trouve être Bertrand DAMANGO. Face au refus de ce dernier, NGAKOLA s’est enflammée, et comme toute femme de ce genre, l’affaire ne peut que finir de cette manière. Une grosse épine sous le régime démissionnaire de Samba Panza, est le dossier SOCASP. Gérée au lendemain du coup d’Etat du sanguinaire Djotodia par un certain Sylvain DEYA ABAZENE, cette société est paralysée, caporalisée par un groupuscule de personnalités sans scrupule, avec un parcours professionnel qui laisse à désirer. Les recrutements y sont faits de manière anarchique. La société est remplie des cadres issus d’une même famille ou d’un réseau de parents, amis…la semaine dernière, le premier ministre et quelques conseillers se sont statués sur le sort de DEYA Sylvain. Informé de la situation, ce dernier s’est envolé à l’étranger. La gestion de la SOCASP est actuellement à la charge d’un autre rapace du nom de Romain YAKOTA. Ce dernier aurait déjà commencé à bénéficier d’une prime de 200.000 FCFA, alors dans les accords d’établissements de la société, il est dit que la prime est accordée à un intérimaire qui a géré la société pendant au moins un mois. Pour le moment, le personnel de ladite société peut respirer un air frais à l’absence du DG, puisque sa présence symbolise la terreur. Avant son départ qui semble être un exil à l’étranger, tous les matériels destinés à l’hygiène auraient été confisqué au profit des suppo du DG à savoir, sieurs YAKOTA, FONNON, SEPO…il ya deux semaines, le commissaire au compte de la société avait refus de valider l’exercice de l’année 2014, jugé trop exorbitant et surchargé.

Un dossier important auquel le PM a décidé de résoudre en limogeant tous les cadres de la SOCASP. Comment expliquer que le chef de service technique de la SOCASP est le mari d’une proche parente béninoise du DG ? Comment expliquer que la responsable du service des achats serait l’épouse d’un proche parent du DG ? Comment expliquer que la trésorière de la SOCASP est parente à l’épouse d’un ami à M. DEYA Sylvain ? Tout cela montre combien cette société est prise en otage par un groupe de personnes proches de la séléka. Et comme la présidente tarde à limoger le DG et son entourage, il est clair que Mme Samba Panza protège les intérêts de la séléka et de Djotodia en personne. L’exemple patent du carnage de Bambari la semaine passée en est une belle illustration. Qui a vu Samba Panza se soucier de ses propres parents de la Ouaka ? Si elle ne veut pas toiletter la SOCASP, il est temps qu’elle s’en aille avant que les Centrafricains ne prennent la situation en main.