Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ANALYSE

Centrafrique : Le peuple est en danger ! Djotodia doit partir ?


Alwihda Info | Par Simon koitoua - 9 Décembre 2013


Michel Djotodia. Crédit photo : Sources
Michel Djotodia. Crédit photo : Sources
Construire une Centrafrique nouvelle sans la seleka, Djotodia et la démocratie est le régime politique dans lequel le peuple est souverain, « le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple ! Une équation très simple : seleka +Tiangaye +Nguendet =DJOTODIA une déduction la neutralisation de la seleka est égal au départ de vampire Djotodia du pouvoir.

Djotodia, Nourredine Adam, Tiangaye, Nguendet, Mboli Goumba, Pouzere, Neris, Gazambéti, Dhaffane, Ziguele auront la mort du citoyen Centrafricain sur leur conscience. Qu'a-t-il fait pour subir un tel traitement ???

Parmi les plus pires atrocités de ces animaux sauvages de la seleka sorties de la jungle de boromata figurent en première ligne celle commise par un soit disant général de la seleka sur des pauvres innocents sans défense et malades au niveau de l’4hôpital de l amitié ou ce chien est rentré et a fait sortir ces pauvres civiles pour les abattre froidement devant cet établissement hospitalier sur l avenue de l’indépendance ou on dénombre plus de 16 personnes tués dont entre autre le journaliste ZAMA Élysée étudiant pasteur à la fateb grand frère de ZAMA javan papa et mr yogaza maxim alias 52 vestes tous deux des cadres.

Simon Koitoua.
Simon Koitoua.
Le Dictateur, le tyran Centrafricain Michel Djotodia est de plus en plus faible, il est trop agité ces derniers jours contre le peuple exacerbation déterminé pour son départ du pouvoir. Quel est le vrai ennemi du peuple Centrafricain Michel Djotodia brille et bat le record de l’impopularité ? Ils (selekas) tuent et brulent des maisons des particuliers trahis par leur guide (la communauté musulmane). Apres l’assassinat de quatre personnes dont le chef du quartier Mayanga 3 à Boali dans un campement de champs à environ 10 km de la ville, ils ont encore abattu cette nuit un homme d’une quarantaine d’années à son domicile cette nuit et ils ont littéralement saccagé et incendié la maison d’un certain WASSONA Dieudonné qu’ils accusaient d’être un anti balaka. Pour répondre à cette question, nous dirons que les véritables ennemis du peuple Centrafricain ce sont leurs dirigeants (Djotodia, Tiangaye, Ziguele et Nguendet la tortue) et les soi-disant intellectuels. Le comportement de ces dirigeants qui refusent de voir les soucis en face d'eux (afin de trouver une solution à leurs propres soucis au lieu de blâmer sans arrêt les autres un vrai exemple de Michel Djotodia).Ils défendent des idéaux théoriques opposés à l’idéale pratique qu'elle applique dans la société Centrafrique réelle. Au lieu de "amour, paix et tolérance" on devrait dire "désamour, guerre et haine"! TIANGAYE, malgré tous les crimes et calvaires subit par le peuple centrafricain a ce jour on dénombre plus de 45000 morts orchestré par tes amis seleka ,le faible et fantôme TIANGAYE ne condamne pas volontairement et publiquement les vendeurs de the sur les marches de Bangui , cette nébuleuse association des criminelles et seigneurs de guerre appelé seleka car il est complice mais au contraire indexe le peuple centrafricain les patriotes anti balaka qui se défendent. La radicalisation du peuple Centrafricain, qui n'hésite plus à opter pour la stratégie du désespoir dans sa lutte contre le pouvoir du Djotodia, et dont il ne veut plus, s’associer a un régime despotique, il est forcément inquiétant. Tout cela est inquiétante la dérive des éléments de la seleka, qui n'hésitent plus à ouvrir le feu sur les populations Centrafricaines, comme ce fut malheureusement le cas de Boali, entre lundi nuit et mardi matin 3 décembre 2013 bilan 12 peuhls tués par les éléments de la coalition seleka déguisé en antibalaka. Que se passe-t-il exactement sur la Terre de nos Aïeux? Qu'est-ce qui justifie cette crispation qui fait courir à notre beau pays un véritable danger d'implosion? Un départ de Michel Djotodia est-il-légitime dans l’état actuel des choses »? Voilà l'enchainement qui a abouti à plusieurs morts violentes de victimes innocentes ainsi que plusieurs blessés depuis l’arrivée des criminelles au pouvoir. Dans ce contexte dramatique, nos premières pensées vont aux parents des enfants assassinés sans raison. Le régime de Djotodia tire vers sa fin car la violence qu'il a toujours utilisée pour se maintenir au pouvoir a fait assez de victimes depuis 9 mois. Il est important aujourd'hui que le pouvoir met fin à l'impunité en faisant toute la lumière autour de ce massacre et en punissant les coupables. Les opposants au régime sanguinaire à prendre leurs vraies responsabilités, dans l’unité, il n'en est que temps, afin de préparer sereinement l'alternance politique nous rêvons déjà l’après seleka.

Simon koitoua