Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
REPORTAGE

Choléra au Nigeria : traitement facile, réponse difficile


Alwihda Info | Par MSF - 6 Novembre 2021

Le choléra est simple à traiter dans la plupart des cas, et les personnes atteintes de formes légères à modérées de la maladie se rétablissent généralement grâce à un traitement à base de liquides et de solution de réhydratation orale.


Le centre de traitement du choléra de MSF à Toro, au Nigeria. © Hussein Amri /MSF
Le centre de traitement du choléra de MSF à Toro, au Nigeria. © Hussein Amri /MSF
À 400 km au nord-est de la capitale nigériane Abuja, Mohammad Sheriff, deux ans, est sur la voie de la guérison du choléra. L'enfant est assis avec son père dans le centre de traitement du choléra (CTC) de MSF à Bauchi, la capitale de l'un des États les plus durement touchés par la pire épidémie de choléra que le Nigeria ait connue depuis dix ans.
 
" Il a vomi deux fois et a ensuite commencé à avoir la diarrhée ", raconte le père de Mohammad, qui a immédiatement reconnu les symptômes du choléra. "J'ai dit à sa mère que je l'emmènerais à l'hôpital, car la radio nous informe constamment qu'il faut se rendre immédiatement à l'hôpital en cas de vomissements et de diarrhée."
 
Le choléra est simple à traiter dans la plupart des cas, et les personnes atteintes de formes légères à modérées de la maladie se rétablissent généralement grâce à un traitement à base de liquides et de solution de réhydratation orale. Les patients gravement déshydratés doivent parfois être admis dans un CTC et recevoir des liquides par voie intraveineuse.
 
Le cas de Mohammed était grave, mais après avoir reçu des soins médicaux pendant deux jours au CTC, il est maintenant en salle de réveil - la dernière étape avant sa sortie et son retour à la maison. "Si nous n'étions pas venus au moment où nous l'avons fait, la situation aurait pu être très grave", déclare son père.
 
Le choléra est endémique au Nigeria, mais l'épidémie de cette année a été particulièrement grave, avec plus de 90 000 personnes infectées à ce jour. Si la quasi-totalité des 35 États du Nigeria ont signalé des cas de choléra en 2021, la grande majorité d'entre eux se sont concentrés dans les six États du nord du pays : Bauchi, Kano, Jigawa, Zamfara, Sokoto et Katsina. La population de cette région est déjà extrêmement vulnérable ; des centaines de milliers de personnes ont été déplacées de chez elles par les conflits et la violence, et la plupart vivent dans des conditions d'assainissement médiocres et sans eau potable.
 
Les équipes d'urgence de MSF travaillent aux côtés du ministère de la Santé nigérian pour tenter de maîtriser l'épidémie qui prend de l'ampleur. Elles ont ouvert six centres de traitement du choléra dans la région et traité plus de 20 000 patients jusqu'à présent. 
 
Dans de nombreuses zones, la sécurité constitue un défi supplémentaire. Dans l'état de Zamfara, de nombreux patients arrivent dans un état grave ou critique, ayant retardé leur prise en charge par crainte d'être confrontés à la violence ou au danger sur les routes. Malgré cela, les équipes MSF admettaient encore plus de 100 patients par jour à certains moments du mois d'août, soulignant la gravité de l'épidémie et la détermination des patients à se faire soigner, aussi risqué soit-il. 
 
" Les populations vulnérables du Nigeria étaient déjà dans une situation catastrophique ", explique le Dr Simba Tirima, représentant de MSF au Nigeria. "Le choléra s'est ajouté à un réseau complexe de vulnérabilités médicales et humanitaires, venant s'ajouter à une insécurité accrue, à un état chronique de besoins humanitaires et médicaux aigus, et aux impacts directs et secondaires du COVID-19."
 
Au plus fort de l'épidémie, en juillet, le Centre nigérian de contrôle des maladies a signalé plus de 7 500 nouveaux cas par semaine et de nombreuses installations médicales risquaient d'être débordées.
 
"Nous devions admettre 80 ou 90 patients au cours d'une seule équipe de travail", raconte Anas Al-Hassan, infirmier au CTC de MSF à Kano, où l'épidémie s'est rapidement propagée dans la communauté. "Il n'y avait pas de temps pour se reposer en raison du nombre de patients. Le travail à ce moment-là était écrasant".
 
"Les patients arrivaient dévastés, leurs soignants craignaient qu'ils ne s'en sortent pas", explique Philip Esenwa, responsable des activités médicales de MSF pour l'unité d'intervention d'urgence au Nigeria. "Certains étaient si faibles qu'ils ne pouvaient pas parler".
 
" Nous avions l'habitude de recevoir des patients qui étaient amenés morts ", raconte Mustapha Mahmud, infirmier superviseur MSF, qui travaille également au CTC de Kano.
 
Les défis étaient immenses dans des villes comme Kano et Bauchi, où de nombreuses personnes vivent dans des conditions de surpopulation, avec des systèmes d'égouts délabrés ou inexistants et aucun accès à l'eau potable. Les sources d'eau peuvent facilement être contaminées par les eaux usées, en particulier pendant la saison des pluies, ce qui entraîne une propagation rapide des maladies hydriques telles que le choléra.
 
"Les zones où le nombre de cas de choléra est élevé sont encombrées, sans ventilation adéquate ni drainage approprié", explique Mustapha Mahmud.  "Les sources d'eau proviennent généralement de puits peu profonds et de forages ; avec les pluies, elles sont contaminées, et c'est cette eau que les gens boivent ici."
 
De nombreux établissements médicaux de ces zones sont également mal équipés et n'ont pas pu faire face à l'afflux de patients. Certains établissements médicaux font payer leurs services, ce qui met les traitements hors de portée de ceux qui n'ont pas les moyens de payer.
 
Pour faire face à ces défis complexes, MSF a adopté une approche communautaire, en apportant des soins de santé, des mesures d'hygiène et des informations de santé publique directement aux communautés touchées. Les équipes de promotion de la santé de MSF ont collaboré avec le personnel du ministère de la Santé pour effectuer du porte-à-porte afin de trouver les personnes présentant des symptômes et les aider à obtenir rapidement des soins médicaux, tandis que les équipes de proximité ont chloré les puits et désinfecté les maisons des patients.

En collaboration avec les responsables communautaires, les équipes MSF ont également identifié les quartiers à forte concentration de cas pour mettre en place des points de réhydratation orale, où les patients présentant des symptômes plus légers pourraient recevoir un traitement. 
 
Dans certains États, un vaccin oral à une dose est disponible pour aider à réduire la propagation de la maladie. Cependant, l'approvisionnement mondial est limité et le vaccin n'est pas disponible dans tous les états. 
 
Dans les zones où MSF intervient, ces efforts et d'autres ont fait la différence. Dans l'état de Bauchi, où MSF a installé 19 points de réhydratation orale et une unité de traitement du choléra, et a mené des activités de promotion de la santé et de l'hygiène, le taux de mortalité a été divisé par dix, passant de 5 % à moins de 0,5 %, et le nombre de nouveaux patients admis pour traitement continue de diminuer.
 
La tendance à la baisse des cas se vérifie pour l'ensemble du pays, les nouveaux cas étant passés d'un pic de 7 500 à moins de 1 000 par semaine ces dernières semaines. Dans de nombreuses régions, cela a apporté un sentiment de soulagement palpable aux communautés et aux équipes médicales.
 
"Heureusement, le nombre de nouveaux cas a finalement diminué de manière significative dans la plupart des régions", déclare le Dr Tirima. Ailleurs dans le pays, cependant, l'épidémie fait rage. "D'autres régions continuent d'être touchées et la réponse n'est pas encore terminée", prévient-il.
 
L'une de ces régions est l'État de Borno, où des centaines de milliers de personnes ont été déplacées de chez elles par les affrontements entre les forces gouvernementales et les groupes armés insurgés. Après des années de conflit, de déplacements et de sous-développement, la population a du mal à accéder à l'eau potable et à des installations sanitaires décentes. Dans la capitale de l'État, Maiduguri, l'équipe MSF continue de traiter près de 200 patients par semaine pour le choléra et la diarrhée aqueuse aiguë.