Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Colloque De Gaulle et l'Afrique à Brazzaville : l'histoire des rencontres (1940-1958), objet de la leçon inaugurale


Alwihda Info | Par Olive Jonala - 28 Octobre 2020

L'un des grands moments qui a marqué l'ouverture du colloque international "De Gaulle et l'Afrique à Brazzaville" a été la présentation de la leçon inaugurale, par le professeur Abraham Constant Ndinga Mbo du Congo, qui a mis un accent particulier sur l'histoire des rencontres (1940-1958) entre la ville de Brazzaville et le général De Gaulle.


Le professeur Abraham Constant Ndinga Mbo présentant la Leçon inaugurale.
Le professeur Abraham Constant Ndinga Mbo présentant la Leçon inaugurale.
La leçon inaugurale du professeur Abraham Constant Ndinga Mbo est le dernier acte qui a bouclé la cérémonie d'ouverture du colloque international "De Gaulle et l'Afrique à Brazzaville" qu a connu la participation des chefs d'Etat du Congo, du Tchad, de la RCA et de la RDC. La France a été représentée à ces assises par Jean Yves Le Drian, ministre français de l’Europe et des affaires étrangères. La secrétaire générale de l’organisation internationale de la Francophonie, Louise Moushikuyabo.a fait également le déplacement de Brazzaville. Les représentants du Gabon et du Cameroun ans étaient aussi présents à cette cérémonie.

Pour le professeur Abraham Constant Ndinga Mbo, l'histoire du général De Gaulle et Brazzaville "Homme de Brazzaville" n'était pas une simple étiquette tant que cette ville l'a marquée. Cette histoire, a-t-il ajouté, perpétue un souvenir inoubliable.Dans son approche, il a insisté sur l'histoire des rencontres (1940-1958) entre Brazzaville et De Gaulle . Parmi les axes majeurs énumérés par le professeur congolais figurent, entre autres, la conférence de Brazzaville en 1944; le rassemblement historique au stade Eboué en 1958 où le général De Gaulle a martelé sur le statut de la future communauté française. L'orateur n'a pas manqué d'évoquer les tournées du général Degaulle au Tchad à Fort Lamy, à Léopoldville et à Pointe-Noire.

Cette leçon inaugurale a été précédée par des interventions des chefs d'Etat et de gouvernement ainsi que de certaines personnalités . Du maire de Brazzaville, Dieudonné Bantsimba, au président tchadien Idriss Déby Itno, en passant par les présidents Félix Antoine Tsisékedi de la RDC, Faustin Archange Touadera de la RCA, la secrétaire générale de l’OIF, le président de la Fondation De Gaulle, ainsi les premiers ministres du Gabon, du Cameroun et le ministre français de l’Europe et des affaires étrangères, tous ont convergé vers la promotion de la solidarité entre les peuples pour faire émerger une Afrique libre et véritablement indépendante.« La mémoire africaine de la France Libre doit résister à l’épreuve du temps. » , a soutenu le président tchadien, Idriss Déby Itno.

Ouvrant les travaux de ce colloque , le président Denis Sassou N'Guesso a parlé « de l’oubli de l’Afrique » dans les commémorations en rapport avec la 2ème guerre mondiale. Alors que, selon lui, Brazzaville, depuis le 27 octobre 1940, est devenue « le refuge de l’honneur et de l’indépendance de la France.» Dégageant l'objet de ce colloque, le chef de l'Etat congolais a fait observer qu'il s'agira « d’interroger les sciences et revisiter les moments de notre histoire commune.» Pour lui , ces intelligences réunies à Brazzaville auront fait œuvre s'ils inscrivent leur action dans une dynamique nouvelle. Le chef de l’Etat congolais, dans ce sens,a plaidé pour que l’Afrique soit écoutée et dispose d’une place, notamment au conseil de sécurité des Nations Unies avec droit de veto.

Outre la Leçon inaugurale, ce colloque international qui réunit des éminences grises venues de la France, du Congo, de la RDC, du Cameroun, du Gabon, de la RCA et du Tchad explorera plusieurs axes de réflexion. Il s'agit notamment de " Brazzaville,l'AEF et De Gaulle (1940-1958) ; " De Gaulle et la décolonisation (1958)" et " L'image du général De Gaulle, construction d'un mythe". Ce colloque est placé sous le thème : " De Gaulle et Brazzaville, une mémoire partagée entre la France, le Congo et l'Afrique."