Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Congo : Inès Nefer Bertille Ingani limogée du gouvernement


Alwihda Info | Par Claude Dinard Vimond - 19 Septembre 2019 modifié le 19 Septembre 2019 - 19:13

Madame Inès Nefer Bertille Ingani n’est plus la ministre de la promotion de la femme et l’intégration de la femme au développement. Le décret présidentiel mettant fin à ses fonctions a été publié le mardi, 17 septembre dans la capitale congolaise.


Inès Nefer Bertille Ingani
Inès Nefer Bertille Ingani
Personne ne se réjouirait du malheur de l’autre. C’est pourquoi, il s’agit ici non de se réjouir du fait que la ministre Ingani soit sortie du gouvernement. Il est question de saluer le message que le président Denis Sassou N'Guesso envoie, en sanctionnant une autorité publique qui a affiché publiquement son irresponsabilité, en voulant mêler le nom et l’image du président congolaise d’une basse besogne politicienne.

En effet, depuis près de deux semaines, il circulait sur les réseaux sociaux un audio impliquant l’ex-ministre de la promotion de la femme et de l’intégration de la femme au développement, Inès Nefer Bertille Ingani. On y entendait la voix évidente l’ex-ministre se présenter sans détours avec une voix évidente qui est la sienne à son interlocuteur, un jeune homme quelque peu apeuré par l’appel. Dans cet échange, Madame Ingani formulait des affirmations gratuites et gravissimes et demandait à ce jeune-homme d’accomplir une basse besogne contre certains hommes politiques de la majorité présidentielle et de l’opposition.

L’affaire n’aurait pas fait grand bruit si cet échange téléphonique était resté entre les deux interlocuteurs. Malheureusement, pour les deux, l’audio est diffusé sur les réseaux sociaux où il était devenu plus viral. Elle s’est ainsi fourvoyée dans ce qu’il est convenu d’appeler un complot contre la majorité présidentielle sur fond de discourtoisie sans égal pour certains de ses collègues et camarades du parti.

Le plus grave dans cette affaire est qu’elle engage le président Denis Sassou N'Guesso dans son complot. Ce type de comportements légers et irresponsables est assez dangereux. L’impression que donnait ses affirmations dans cet audio laissent penser que la basse mission qu’elle confiait à son homme de main avait été validée ou peut-être initiée par le président congolais. Ce qui est totalement invraisemblable.

Les politiques qui s’assument, auraient pris le courage à deux mains pour demander pardon, quand l’audio a été diffusé sur les réseaux sociaux. Hélas, elle s'est plutôt battue pour essayer de démentir.

Le président Denis Sassou N'Guesso a tenu à se placer au-dessus de la mêlée comme il l’a toujours été. Il devait alors se démarquer d’un jeu fait de coup-bas dans le même camp, alors que lui a bien besoin de cohésion et d’unité dans les rangs de sa majorité.

L’irresponsabilité a conduit à un excès de zèle qui a emporté Madame Ingani. En voulant s’affirmer comme la plus proche des proches du chef de l'Etat congolais, elle en a appris à ses dépens que ce dernier n’est pas une propriété privée de quelqu’un ou d’un groupe de personnes. Le message du président Sassou est clair : il n’y a pas de concession à faire dans ce genre de situation.
 



Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 15 Décembre 2019 - 16:20 Cameroun/Armée : Un manuel sur le droit humanitaire

Dimanche 15 Décembre 2019 - 15:47 Les chefs d'Etat du G5 Sahel rendent hommage au Niger