Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Congo : la République rend hommage à Gabriel Entcha-Ebia


Alwihda Info | Par Olive Jonala - 5 Janvier 2022

Décédé le samedi 11 décembre 2021, à Brazzaville, l’ancien ministre congolais Gabriel Entcha-Ebia, a été inhumé ce mercredi 5 janvier 2022, au cimetière du Centre-ville de Brazzaville. Peu avant sa mise en terre, le chef de l’Etat congolais, Denis Sassou-N’Guesso, au nom de la République, lui a rendu un hommage officiel.


Denis Sassou N'Guesso rendant hommage à Gabriel Entcha-Ebia
Denis Sassou N'Guesso rendant hommage à Gabriel Entcha-Ebia
Le hall du palais des congrès affiche un décor sombre en cette matinée du 5 janvier. Le Congo honore l’un de ses serviteurs, Gabriel Entcha-Ebia. Avant le recueillement du président de la République devant le catafalque supportant la dépouille mortuaire de l’ancien ministre, ancien ambassadeur et magistrat, le président du conseil supérieur de la liberté de communication, Philippe Mvouo, pour l’avoir connu et côtoyé a fait l’éloge funèbre du défunt.

Déroulant son oraison funèbre le président du conseil supérieur de la liberté de communication, a dressé le parcours de Gabriel Entcha-Ebia, tel qui l’a vécu et tel que le monde l’a vécu. « Votre fidèle et honnête serviteur s’en est allé » A-t-il lâché dans son propos introductif en s’adressant au président de la République.

Gabriel Entcha-Ebia naquit et fit son primaire à Souanké, son collège à Ouesso dans le département de la Sangha, son lycée et l’université à Brazzaville, avant de couronner son talent de magistrat à Paris en France. « Gabriel Entcha-Ebia, le magistrat vient de tirer sa révérence », s’est ’exclamé Philippe Mvouo, qui n’a pas manqué de louer les qualités de l’illustre disparu. Ainsi, a-t-il souligné, Gabriel Entcha-Ebia fit montre d’un talent légendaire lors du réquisitoire de la prestation de serment du président de la République, en sa qualité de procureur général, au cours de l’audience solennelle de prestation du serment du président de la République, en 2002.

Avec une plume alerte, l’ancien procureur général était l’auteur de plusieurs œuvres littéraires notamment “Djiha”, son unique œuvre fictionnelle ; cinq essais dont, “800 jours au ministère de la Fonction publique et de la réforme de l’Etat”, en 2009 ; “Les institutions de la République du Congo”, en 2010 ; “Congo : 50 ans d’indépendance pour quel avenir ? “, en 2010, “Le moment de choisir la parole au peuple souverain”, en 2015, et “Adieu Madiba », préfacé par Denis Sassou N’Guesso.

En effet, pour l’orateur, le samedi 11 décembre est le jour où « Entcha-Ebia a pris l’option de se plonger dans un sommeil qui ne connaitra plus de réveil ». Tout le monde passera par-là, pouvait reconnaître Philippe Mvouo, avant de s’adresser pour la dernière fois au commis de l’Etat qui s’en va : « Va mon ami, va mon frère, va brave fils de ma mère, à dieu monsieur le juge, à dieu, l’écrivain, à dieu monsieur le ministre. »

Magistrat hors classe, Gabriel Entcha-Ebia, est diplômé de l’université Marien-Ngouabi et de l’Ecole nationale de la magistrature de Paris, section internationale. Ancien procureur général près la Cour suprême du Congo, l'illustre disparu fut également Ambassadeur du Congo au Nigeria de 2009 à 2012 et en République centrafricaine de 2012 à 2017.