Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ANALYSE

Constat irréluisant


Alwihda Info | Par Alwihda Info - 27 Août 2010

D’après l’inspecteur, bientôt deux décennies, mais l’image qu’ont donnée nos services à ses concitoyens est des plus négatives. M. Nakour Chougy indique dans tous les pays, les services de l’urbanisme et du cadastres sont à l’origine de la plus-part des malversations foncières qui encombrent les juridictions et empêchent la justice de faire convenablement son travail.


 

En effet, le constat fait sur le parcours de différents services techniques depuis le ministère des travaux publics hier, jusqu’au ministère de l’aménagement du territoire, de l’urbanisme et de l’habitat (Matuh) aujourd’hui n’est pas du tout reluisant. Il se caractérise par des disfonctionnements très profonds, la non maîtrise des services et des agents par ceux qui en ont la charge  de la mauvaise gestion du personnel et les moyens mis à la disposition des services, tout court un fonctionnement qui n’est pas loin  de l’anarchie. Raison pour laquelle déclare le secrétaire  général du ministère lors de l’atelier de formation des délégués régionaux organisé du 9 au 10 août dernier au CEFOD. 

 

L’occasion qui regroupe plusieurs délégués venus de différentes régions du pays, ne vise pas seulement l’acquisition de connaissances techniques, mais aussi des outils pratiques pour permettre à la plus-part de ceux qui vont assumer pour la première fois des responsabilités de cette envergure d’entrer sereinement dans leur fonction. Ceci pour signifier qu’en préconisant ces assises, le ministère a bien voulu éviter les errements qui font prendre du temps et installent de mauvaises habitudes pouvant poursuivre des cadres du ministère durant toute leur vie professionnelle.

 

«  Nous sommes tous conscients de cette situation, car à tous les niveaux et à toutes les occasions, nous ne cessons de nous plaindre du mauvais fonctionnement du ministère. Pourtant nous ne nous sommes jamais donné les moyens de traiter en profondeur les problèmes qui nous empêchent de travailler sereinement. En analysant les changements opérés à la surprise générale par le ministre, nous pensons que c’est à cette conclusion qu’il est également parvenu, et il veut que les choses changent radicalement  »,

rappelle le secrétaire général  Monsieur Dobingar Allasembaye.

 

Des éléments nécessaires acquis au cours de cette session de formation permettront aux délégués régionaux de bien coordonner le fonctionnement de leurs services administratifs complets.  Ça permet également de répondre favorablement aux salutations des usagers et collaborer avec d’autres services centraux. Dans son allocation d’ouverture, l’inspecteur général représentant le ministre Nakour Chougy souligne qu’un profond remaniement opéré le mois passé dans tous les services centraux et déconcentrés du Matuh est un signal fort orienté pour améliorer non seulement la production et la productivité mais aussi afficher une bonne image du ministère auprès des usagers.

 

D’après l’inspecteur, bientôt deux décennies, mais l’image qu’ont donnée nos services à ses concitoyens est des plus négatives. M. Nakour Chougy indique dans tous les pays, les services de l’urbanisme et du cadastres sont à l’origine de la plus-part des malversations foncières qui encombrent les juridictions et empêchent la justice de faire convenablement son travail.

 

«  Cette situation qui n’a que trop perduré doit changer rapidement. C’est le sens de cette formation que nous avons voulu donner aux nouveaux délégués régionaux dont la majorité assume pour la première fois un poste de responsabilité. Cette session de formation n’est pas un lien d’acquisition de connaissances techniques. Il s’agit d’un passage en revue des missions confiées aux ministère et ses différentes directions technique de travail que vous aurez à utiliser des mécanismes qui vous permettent  de gérer correctement les services qui sont sous votre responsabilité », ordonne M. Nakour Chougy. En clôturant les travaux de la session de formation des délégués régionaux, le représentant du ministre M. Dubingar Allassembaye fait remarquer que lorsqu’il pris les rennes du département, il a constaté  de profonds dysfonctionnements  qui ont fait que les prestations des services techniques ne sont pas performants. Il déplore la non mise en pratique des documents de base.

 

De son avis, pour restaurer la crédibilité de son département, il faut prendre des mesures radicales, draconiennes susceptibles de surmonter les difficultés. Il estime que les problèmes entravant la marche du MATUH ont été touchés du doigt et il promet donner de moyens nécessaires pour un bon avenir de son ministère, engagé une profonde réflexion  sur la vision de l’aménagement du territoire et du développement urbain au Tchad, avec tous les partenaires concernés, concevoir et faire respecter des normes urbanistiques et des documents de planification urbaine en phase avec le contexte et la dynamique urbanisation du Tchad, harmoniser et simplifier des différentes démarches administratives pour l’obtention de documents ayant trait à l’urbanisme et de l’habitat.

 

Concentrer les efforts sur la mise en œuvre effective de différents documents déjà élaborés ou en cours d’élaboration, mener une grande réflexion avec  l’ensemble des acteurs concernés sur le rôle et la place des autorités coutumière dans la gestion foncière, et clarifier et améliorer la collaboration entre le MATUH et la mairie d’une part et entre la MATUH et celui des infrastructures d’autres part par une meilleure concertation telles sont les recommandations issues de cet atelier.

 

Bou-ah Mawa