Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
INTERNATIONAL

Coopération : La Chine entend investir dans le capital humain pour le développement du Congo


Alwihda Info | Par Jonas Mvouanzi - 12 Juin 2018 modifié le 12 Juin 2018 - 22:48

Le président du comité national de la conférence consultative politique du peuple chinois a réitéré la volonté de son pays à investir davantage dans l’éducation au Congo. Wang Yang s’exprimait au cours d’une séance de travail qui a eu lieu au complexe scolaire de Mpila, entre la délégation chinoise qu’il conduisait et le gouvernement congolais, représenté par le ministre en charge de l’enseignement primaire et secondaire, Anatole Collinet Makosso.


Les élèves du Lycée de la Révolution-Gampo Olilou à l'accueil de Wang Yang.
Les élèves du Lycée de la Révolution-Gampo Olilou à l'accueil de Wang Yang.
Cette séance de travail s’est déroulée en présence de l’administration et des apprenants du complexe scolaire de Mpila et du ministre en charge de l’aménagement du territoire et de l’équipement, Jean Jacques Bouya.

La séance a donné lieu à un exposé du ministre Anatole Collinet Makosso sur le système éducatif congolais. Il a souligné la place du complexe scolaire du Lycée de la Révolution-Gampo Olilou dans la formation des élèves.

La prise de parole par le président du comité national de la conférence consultative politique du peuple chinois (CCPPC) a permis à l’auditoire d’apprendre que le complexe scolaire Lycée de la Révolution-Gampo Olilou est un don de la Chine au Congo. Ce cadre d’enseignement comprenant un collège et un lycée, dispose des conditions nécessaires à l’éducation et répond aux exigences de la modernité.

L’homme d’Etat chinois a souligné l’importance de l’investissement dans le capital humain, avant de soutenir que l’éducation reste le premier pilier du développement économique d’une société. Pour lui, il est question de mettre des moyens conséquents dans l’éducation, afin d’atteindre ce dessein. Il a souligné la nécessité de répandre l’éducation dans le monde, afin de former des serviteurs compétents de l’Etat.

La Chine entend intensifier et poursuivre le travail de formation des formateurs, pour une meilleure professionnalisation de l’enseignement au Congo, a affirmé le dirigeant chinois. Déjà, de nombreux enseignants congolais bénéficient, chaque année, des séminaires de renforcement des capacités et des compétences en Chine. La Chine entend poursuivre l’investissement dans la formation des formateurs, afin de parvenir à des résultats importants.

Remerciant Wang Yang, le ministre Anatole Collinet Makosso a cité le président qui déclarait devant le parlement réuni en congrès, le 30 décembre 2017 : « la multiplication des opportunités de formation des formateurs présage d’une meilleure prise en charge pédagogique des élèves et étudiants ainsi qu’un effort de professionnalisation plus important ».

Au terme de cette séance de travail, les deux parties ont exprimé la volonté de rendre dynamique l’idée d’une coopération logistique et pédagogique, afin de former l’élite intellectuelle dont le Congo a besoin, tant pour son décollage économique que pour l’assurance d’un avenir radieux.

Le Congo qui est engagé dans un processus de développement devrait capitaliser cette disposition consistant à investir dans le capital humain. Les deux parties se sont réjouies de voir la coopération se raffermir dans le domaine de l’éducation.

Peu avant cette séance de travail, président du comité national de la conférence consultative politique du peuple chinois, a eu des échanges similaires avec le 1er ministre congolais, Clément Mouamba, avant le président de l’Assemblée Nationale, Isidore Mvouba.