Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Côte d’Ivoire / Crise à l’Agence emploi jeunes : L’intersyndicale des fonctionnaires demande la réintégration des 80 agents « licenciés abusivement »


Alwihda Info | Par Narcisse Yao - 15 Janvier 2018 modifié le 15 Janvier 2018 - 09:53


L’intersyndicale des fonctionnaires demande la réintégration des 80 agents « licenciés abusivement » en Côte d'Ivoire.
L’intersyndicale des fonctionnaires demande la réintégration des 80 agents « licenciés abusivement » en Côte d'Ivoire.
L’intersyndicale des fonctionnaires de Côte d’Ivoire (Ifci), par la voix de son porte-parole principal, Jean-Yves Abonga Koutouan a interpellé le Premier ministre ivoirien, Chef du gouvernement, Amadou Gon Coulibaly pour la réintégration des 80 agents de l’Agence emploi jeunes « licenciés abusivement ». C’était au cours d’une conférence de presse tenue le 14 janvier à Abidjan-Yopougon.

Jean-Yves Abonga Koutouan a ainsi, « dénoncé le refus obstiné de dialoguer du ministre de tutelle Sidy Touré, déchirant ainsi la trêve sociale ». Et le tient responsable pour d’éventuelles « ébullitions du front social qui pourraient en découler ».

Il a également appelé tous les travailleurs de Côte d’Ivoire à se dresser « comme un seul homme » face à ce qu’il a qualifié « d’entrave à leur liberté de revendiquer reconnue par la constitution, le statut général de la Fonction publique et le code du travail ». Et se réserve le droit d’utiliser « tous les moyens légaux pour que cette injustice soit réparée ».

A en croire le Syndicat national des travailleurs de l’Agence emploi jeunes (Synat-Aej), les 80 agents de l’Agence emploi jeunes ont été « licenciés abusivement » depuis le 20 septembre 2017, sous prétexte de la part de leur tutelle d’avoir observé une « grève illégale ».

Il convient de signifier qu’en fin de semaine dernière, le secrétaire général du Synat-Aej, Tchimou Obou Raphaël, dans une déclaration produite, avait sollicité la centrale syndicale « Dignité ». Puis, la Confédération des syndicats des fonctionnaires de Côte d’Ivoire (Cosyfoci) et celui de l’Intersyndicale des fonctionnaires de Côte d’Ivoire, pour leur intervention dans cette affaire dite de « licenciement abusive ».

Le secrétaire général du Synat-Aej avait expliqué dans la note que les travailleurs sont acculés de toutes parts, par le poids des sanctions de leur ministère de tutelle. Ainsi, a-t-il révélé que certains travailleurs ont reçu des affections aux fins de sanctions dans les villes de l’intérieur du pays et plus exactement dans la partie nord. Toute chose dont le Synat-ci s’y est opposé fermement demandant à tous les agents mutés de la façon punitive de s’abstenir de toute prise de service.

Signalons que l’Agence emploi jeunes, qui est le guichet unique pour l’emploi des jeunes en Côte d’Ivoire est secouée depuis plusieurs mois par une crise entre l’administration et les travailleurs. Qui revendiquent au sujet d’arriérés de primes et de l’harmonisation de leur grille salariale.