Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Côte d'Ivoire : des avocats aident les apatrides à se documenter


Alwihda Info | Par Reuters - 29 Mai 2019 modifié le 29 Mai 2019 - 16:26

L'association d'aide juridique des femmes de Côte d'Ivoire s'emploie à lutter contre l'apatridie qui a laissé des milliers de personnes en marge de la société ivoirienne, limitant leur capacité à travailler, à posséder des biens, à acquérir une éducation et à vivre sous la protection de la loi.


Olleo, Côte d'Ivoire. © Reuters/HCR
Olleo, Côte d'Ivoire. © Reuters/HCR
Des spécialistes de l'association d'aide juridique des femmes de Côte d'Ivoire entreprennent une campagne contre l'apatridie dans les communautés rurales. L'apatridie peut avoir différentes raisons. Pour certaines personnes, leurs ancêtres ont émigré ici il y a des générations provenant d'autres pays.

Malgré le peu de temps disponible pour revendiquer la nationalité ivoirienne, peu de personnes ont compris les avantages de la citoyenneté il y a plusieurs décennies et n'ont pas réussi à s'enregistrer ou à enregistrer leurs enfants. Sans papiers, les descendants ne peuvent pas prouver leur droit à la citoyenneté ivoirienne. En Côte d'Ivoire, elle est transmise par le sang à au moins un parent ivoirien.

Kouassi Adjo Rosine est avocate à l'Association des femmes juristes de Côte d'Ivoire. Elle sensibilise aujourd'hui les gens à Olleo, dans le nord du pays, à l'importance de disposer de documents officiels.

"Nous les faisons enregistrer, enregistrant toutes leurs informations pour pouvoir les identifier, avec le nom de leurs père et mère, leur date de naissance, toutes les informations", a déclaré Rosine.

L'obtention de la pleine nationalité et des papiers pertinents peut être coûteuse, compliquée, prendre du temps et dépendre de la décision d'un juge, ce qui fait que beaucoup de gens ici hésitent à le faire. Mais sans preuve de citoyenneté, les citoyens ne bénéficieront pas de la protection de la loi, du droit à l'enseignement supérieur, d'une chance d'obtenir un emploi formel ou du droit de posséder des biens.

En 2015, 15 pays africains de la CEDEAO (Communauté Economique des États de l'Afrique de l'Ouest) se sont engagés à œuvrer en faveur de la réduction des cas d'apatridie dans la Déclaration d'Abidjan.

L'Association d'aide juridique informe les ivoiriens de leurs droits et des moyens d'action possibles, notamment pour les bébés nés dans des zones rurales ou pour les parents de communautés marginalisées. Par exemple, les familles qui avaient manqué le délai de trois mois pour enregistrer leur naissance ont été informées en conséquence.

"Et vous devez juste dire au responsable : 'J'ai accouché ici même dans le village'. Même si nous n'avons pas de papiers d'identité, nous devons quand même déclarer cette naissance", a déclaré Rosine à la foule.

Siloué Ngolo, s'est inscrit, en espérant qu'il obtiendra bientôt ses documents. "J'ai peur. Je n'ai jamais reçu mes papiers - où devrais-je me rendre ? Regardez-moi. Je suis un vieil homme. Essayer de me déplacer pour mettre mes documents en ordre serait difficile pour moi. Mais si je les javais, à mon âge, ce serait bien, car alors mes enfants les auraient, s'ils en avaient besoin ", a déclaré Ngolo.

La Côte d'Ivoire a une nouvelle loi sur l'état civil qui établit une procédure spéciale pour l'enregistrement tardif des naissances, la restitution des pièces d'identité et la transcription des actes de naissance, ce qui devrait aider des centaines de milliers de personnes à avoir accès à la citoyenneté ivoirienne.