Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
INTERNATIONAL

Covid-19 : le fossé s'est creusé entre les pays riches et les pays pauvres (PNUD)


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 1 Juillet 2021

Depuis la crise sanitaire mondiale, les pays riches ont dépensé jusqu'à 212 fois plus par habitant que les pays pauvres, en aide sociale pour amortir un choc économique sans précédent.


Un nouveau rapport publié aujourd'hui par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) montre que les politiques d'assistance en espèces ont considérablement réduit le nombre de personnes qui, autrement, auraient pu tomber dans la pauvreté pendant la pandémie du Covid-19. Intitulé "Atténuer la pauvreté", le rapport présente de nouvelles données sur la manière dont les dépenses d'aide sociale ont empêché les gens de sombrer dans la pauvreté.

Dans les 41 pays pour lesquels des données sont disponibles, 80 % des personnes (12 millions sur 15 millions) qui seraient tombées sous le seuil de pauvreté de 1,90 USD, ne l'ont pas fait grâce aux mesures d'aide sociale. Lorsque l'impact des politiques d'aide sociale est mesuré à des seuils de pauvreté plus élevés dans les mêmes 41 pays, c'est-à-dire sur toutes les personnes vivant avec 5,50 dollars par jour ou moins dans ces pays, 31 millions de personnes sur 42 millions n'ont pas eu à tomber dans la pauvreté depuis mars 2020. Si les effets d'atténuation globaux ont été importants, l'étude révèle également que cet impact a été largement circonscrit aux pays à revenu intermédiaire élevé et supérieur, les pays plus riches pouvant se permettre de dépenser davantage en mesures de protection sociale.

Pour les pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure, les dépenses d'aide sociale n'ont pas suffi à empêcher une augmentation du nombre de pauvres, et dans les pays à faible revenu, elles n'ont pas pu empêcher du tout, les pertes de revenus. Les données disponibles révèlent qu'il y a eu des différences massives sur les aides au revenu, mobilisées par les pays riches et les pays pauvres pour atténuer la pauvreté. Au niveau mondial, 2 900 milliards de dollars ont été investis dans des politiques de protection sociale, mais les pays en développement n'ont dépensé que 379 milliards de dollars. Alors que les pays à haut revenu ont alloué en moyenne 847 USD par habitant à l'ensemble des politiques de protection sociale (aide sociale et assurance), les pays à revenu faible et intermédiaire n'ont dépensé en moyenne que 124 USD par habitant.

L'étude estime également qu'un revenu de base temporaire aurait pu prévenir le nombre de nouveaux cas d'extrême pauvreté dans le monde, s'il avait été appliqué à tous les ménages pauvres et vulnérables du monde en développement. Les projections du rapport montrent que ce résultat aurait pu être atteint en consacrant seulement 0,5 % du PIB des pays en développement, étalé sur six mois, à des mesures liées au soutien du revenu.