Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
INTERNATIONAL

En diversifiant les combustibles, les pays renforcent leur sécurité énergétique


Alwihda Info | Par Mary Jane Maxwell - S.A. - 17 Juin 2019 modifié le 17 Juin 2019 - 16:23


Le président Trump visite une installation d’exportation de gaz naturel liquéfié à Cameron, en Louisiane, le 14 mai. (© Evan Vucci/AP Images)
Le président Trump visite une installation d’exportation de gaz naturel liquéfié à Cameron, en Louisiane, le 14 mai. (© Evan Vucci/AP Images)
Comment un pays assure-t-il sa sécurité énergétique ? Il doit diversifier. En cas de panne, les lumières ne vont pas s’éteindre tant qu’il peut compter sur plus d’une source d’énergie.

« En tout état de cause, la sécurité énergétique est une composante vitale de la sécurité nationale », a déclaré le secrétaire américain à l’Énergie, Rick Perry. « Mais la sécurité énergétique se fonde sur la diversification des énergies – la diversité des approvisionnements, des pays qui les fournissent et des routes par lesquelles ils sont acheminés. »

En Europe, certains pays dépendent d’un seul fournisseur de gaz naturel. Mais quand cet approvisionnement est interrompu à cause de pénuries ou de la montée en flèche des prix, la population est la perdante. Les économies ne peuvent pas prospérer, et les familles n’ont pas les moyens de chauffer leur logement.

Traditionnellement, le gaz naturel était acheminé par gazoduc. Mais aujourd’hui, la technologie permet au gaz naturel de venir de n’importe où au monde – à l’état liquide.  Les États-Unis, par exemple, exportent du gaz naturel liquéfié (GNL) dans des navires-citernes spécialement équipés pour le transporter en toute sécurité.

En mai, M. Perry a annoncé la construction de deux nouvelles installations d’exportation de gaz naturel liquéfié, l’une en Louisiane et l’autre au Texas. Des options intéressantes pour les pays désireux de jouer la carte de la diversification. « Nos exportations seront une source d’énergie fiable, différente et sûre pour les pays qui cherchent à diversifier leur portefeuille énergétique », a souligné M. Perry.

Le secrétaire à l’Énergie a fait cette annonce à Bruxelles dans le cadre de sa visite en Belgique, où il a visité un terminal d’exportation de gaz naturel liquéfié dans la ville portuaire de Zeebrugge. Ce terminal a récemment accueilli la première livraison de GNL américain, ce qui fait de la Belgique le 35e pays à importer* ce carburant des États-Unis.

Plus tôt dans l’année, le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, s’est entretenu avec des responsables polonais qui s’emploient à diversifier les sources énergétiques de leur pays, tant au niveau des routes d’approvisionnement que des types de combustibles. « Il ne s’agit pas seulement de dollars et de cents pour les sociétés américaines, a souligné M. Pompeo. Il s’agit du trafic d’influence de la Russie et de la nécessité d’y mettre fin. »

La diversité énergétique compte

Des infrastructures comme le terminal de Zeebrugge, en Belgique, offrent aux pays européens un plus grand choix de fournisseurs. Ce terminal est ouvert à la concurrence, ce qui permet d’assurer un approvisionnement diversifié, et fait que le gaz naturel venant des États-Unis et d’autres pays est bon marché et fiable.

Le secrétaire d’État a cité Winston Churchill, qui a dit un jour qu’en matière de sécurité énergétique, « la sécurité et la certitude […] reposent sur la variété et la variété seulement ».

« Ce n’est peut-être pas tout à fait vrai, continue M. Pompeo, mais c’est certainement une chose importante à laquelle chacun de nous doit réfléchir. »