Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

En un an, le PAEIJ-SP a permis la création de 10 000 emplois au Togo


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 10 Juillet 2018 modifié le 10 Juillet 2018 - 03:57


Crédits photo : DR
Crédits photo : DR
Lomé, le 09 Juillet 2018- La ministre en charge de l’emploi des jeunes, Victoire Tomégah-Dogbé et la Représentante-Résidente de la Banque Africaine de Développement (BAD) au Togo, Khadidia Diaby ont effectué en fin de semaine dernière une visite de terrain auprès de certaines entreprises bénéficiaires du Projet d’appui à l’employabilité des jeunes dans les secteurs porteurs (PAEIJ-SP).

Le PAEIJ-SP est un projet initié par le gouvernement togolais et lancé en avril 2016 par le chef de l’Etat, Faure Gnassingbé. Financé à hauteur de 12 milliards de FCFA par la BAD, ce projet destiné à la jeunesse togolaise vise à créer les conditions favorables à une croissance économique reposant notamment sur l’employabilité des jeunes et la promotion de l’entreprenariat dans les secteurs porteurs.

Il vient résoudre les problèmes liés à la demande des crédits auprès des banques et institutions de microfinance par des jeunes entrepreneurs, assurer à ces derniers un accompagnement autour d’une chaîne de valeur et dans le cadre de ce projet, autour du maïs ou du manioc ou du Soja ou encore des volailles et des petits ruminants. Enfin le PAEIJ-SP est conçu pour apporter des solutions aux problèmes de mévente et d’absence de marché dont sont souvent confrontés les jeunes entrepreneurs togolais.

Depuis son lancement, le projet est passé dans sa phase active et la toute première année a consisté à mettre en place les structures, à faire des sensibilisations des jeunes et à mener des audits des entreprises structurantes qui doivent tirer la chaine de valeur. Un an après le projet dont l’objectif est de créer 20 000 emplois directs et 150 000 indirects, on  enregistre aujourd’hui plus de 10 000 emplois créés et un accompagnement de 12 entreprises structurantes.

« Nous sommes heureux de constater à mi-parcours qu’effectivement, il y a des résultats concrets … Nous réalisons que le PAEIJ-SP est un instrument tout à fait adapté avec déjà la moitié des objectifs d’emplois atteints en 2 ans d’engagement », a affirmé Khadidia Diaby, Représentante-Résidente de la BAD, partenaire important dans l’accompagnement du projet lors de la tournée.

Il faut dire qu’au cours de leur sortie, les deux personnalités ont visité les installations de Quality Society International, une société qui fait dans la transformation du manioc, du maïs et du soja, en produisant de la farine enrichie avec près de 1000 emplois. Et la JCAT (Jonction pour la croissance agricole au Togo), qui travaille sur le soja biologique avec une chaine de production, de transformation et d’exploitation qui touche un important marché international.

Sur ces différents sites, la délégation de la ministre Victoire Tomégah-Dogbé a vu les réalisations, touché et apprécié l’impact des financements du projet et l’engagement des entrepreneurs bénéficiaires à faire évoluer leur entreprise. « Ce que nous avons constaté sur le terrain est impressionnant.  Nous avons constaté que dans tous les circuits rien ne se perd. Tout devient une matière première pour un autre cycle de transformation. C’est impressionnant de voir des jeunes talentueux formés par nos universités qui sont en train de faire des choses extraordinaires. Je suis très impressionnée », a-t-elle déclaré, tout tant félicitant les jeunes entrepreneurs bénéficiaires du projet.