Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

FairMoney lève 10 M€ pour devenir leader de la banque mobile au Nigéria et dans les pays émergents


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 16 Septembre 2019 modifié le 16 Septembre 2019 - 14:18

Flourish Ventures, le fonds créé par Pierre Omidyar, mène cette série A aux côtés des associés de DST Global et des investisseurs historiques.


© DR
© DR
PARIS, France - FairMoney, fintech française basée à Paris, annonce une levée de 10 millions d'euros auprès de Flourish Ventures, les associés de DST Global et les investisseurs historiques (Newfund, Speedinvest et Le Studio VC). Il s'agit du premier investissement de Flourish Ventures, fonds de capital-risque américain créé par Pierre Omidyar (fondateur d'Ebay), dans une startup française. Les associés de DST Global, qui participent également à cette série A, ont forgé leur réputation en investissant très tôt dans Revolut, Nubank, Chime, Facebook et Airbnb entre autres.

FairMoney a été créé en 2017 par Laurin Hainy, CEO, précédemment PDG de Venture builder et du fonds de capital-risque Le Studio VC, avec Matthieu Gendreau, CTO, ex-lead développeur de PriceMatch, et Nicolas Berthozat, CPO. 

Depuis son lancement, FairMoney a développé une appli mobile qui utilise des données « alternatives » présentes dans les smartphones pour octroyer des microcrédits dans les marchés émergents tels que le Nigeria. La start-up compte aujourd'hui plus de 200 000 clients qui recourent régulièrement à ses services. Leur profil est très divers ; on observe toutefois que plus de 60 % empruntent dans le cadre de leur activité professionnelle. Le processus de souscription automatique permet à FairMoney de noter les clients et de débloquer les fonds en 5 minutes.

Construire une offre bancaire complète 100% mobile

L'ambition à présent est de construire une offre bancaire complète (crédit, paiement, compte courant, compte d'épargne, transfert d'argent...) destinée aux clients mal servis dans les marchés émergents.

FairMoney vient notamment de lancer son appli mobile permettant d'effectuer l'essentiel des paiements réguliers (téléphone, électricité...) et enregistre déjà 400 paiements par jour. 
Le lancement d'un wallet mobile et du compte d'épargne devraient suivre rapidement.

« Notre objectif est de proposer à nos clients un guichet unique bancaire le plus simple d'utilisation possible, déclare Laurin Hainy, PDG de FairMoney. Nous avons commencé par une offre de crédit à destination des petits entrepreneurs (+60% des prêts) et des particuliers afin de résoudre leurs besoins financiers. Avec cette levée de fonds, nous allons élargir rapidement notre gamme de services. Une référence pour FairMoney pourrait être le britannique Revolut mais avec un service adapté aux besoins quotidiens de la clientèle des marchés émergents. »

Selon la Banque mondiale, plus de 2 milliards de personnes dans le monde ont un accès très limité aux services financiers, et notamment au crédit, en raison de la difficulté à évaluer leur solvabilité. 

L'approche de FairMoney est basée sur un algorithme propriétaire qui applique des techniques de machine learning aux données des smartphones pour évaluer la capacité de remboursement du demandeur. Le montant moyen des crédits est de 30 euros mais les clients peuvent augmenter leur capacité d'emprunt jusqu'à 400 euros au fil du temps en démontrant de bonnes habitudes de remboursement. 

« Le savoir-faire au cœur du succès de FairMoney est sa capacité à noter les clients à partir de données auxquelles les banques traditionnelles n'ont pas accès ou ne comprennent pas. C'est ainsi que nous parvenons à inclure un nouveau segment de clientèle dans le système financier. Pendant des décennies, les banques n'ont prêté qu'aux grandes entreprises clientes et ont très mal servie une large partie de la population », explique Laurin Hainy. 

Avec cette levée de fonds de 10 M€, FairMoney envisage une expansion rapide au cours des prochaines années de son offre bancaire dans les pays émergents. Le Nigeria et d'autres marchés frontaliers africains affichent des taux de croissance phénoménaux. Et l'Asie du sud-est offre un potentiel de croissance similaire. « Après avoir accompagné des banques digitales aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, en Amérique latine et en Asie du sud, nous sommes heureux d'apporter notre soutien à l'une des premières sociétés à apporter ce modèle à l'Afrique. Nous pensons que les clients vont se montrer à l'avenir beaucoup plus exigeants envers leur banque. Pour trouver leur place, les banques devront offrir davantage que de simples services ; elles devront devenir de véritables mentors qui accompagnent leurs clients. C'est pour cela que nous voyons dans FairMoney une opportunité formidable : la société combine une infrastructure bancaire d'excellence et une priorité absolue à la satisfaction client », déclare Ameya Upadhyay, Directeur d'investissement au sein de Flourish Ventures qui s'apprête à rejoindre le conseil d'administration de FairMoney.