Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Intégration en zone CEMAC : « Le Cameroun et le Congo sont la locomotive »


Alwihda Info | Par - 22 Mai 2019 modifié le 22 Mai 2019 - 18:22

C’est ce qui ressort du point de presse tenu le 21 mai dernier à Yaoundé par l’ambassadeur du Congo Brazzaville au Cameroun, Valentin Ollessongo, au lendemain de la participation de l’armée congolaise au défilé marquant la fête nationale du Cameroun.


Valentin Ollessongo, ambassadeur du Congo Brazzaville au Cameroun.
Valentin Ollessongo, ambassadeur du Congo Brazzaville au Cameroun.
Les locaux de l’ambassade du Congo Brazzaville à Yaoundé ont servi de cadre le 21 mai 2019 à un point de presse. Cette rencontre organisée par l’ambassadeur Valentin Ollessongo avait pour but de partager avec la presse nationale et internationale, les retombées de la participation d’un détachement des Forces Armées Congolaise (FAC) au défilé marquant la 47ème édition de la fête nationale du Cameroun célébrée le 20 mai dernier.
En effet, devant les grands corps de l’Etat et les invités spéciaux, le contingent du Groupement para-commando composé de 160 éléments, avec pour chef le colonel Guy Blaise Kakinda Helebaut, a effectué magistralement son pas lent, à la satisfaction générale du public. Ce qui a d’ailleurs valu des félicitations appuyées du chef de l’Etat Paul Biya, à l’endroit du général de division Guy Blanchard Okoi qui avait pris place à la tribune présidentielle, aux côtés de son homologue camerounais, le général de corps d’armée René Claude Meka.
Cela étant, dans son propos liminaire, l’ambassadeur Congo Brazzaville a remercié les autorités camerounaises pour cette marque de confiance accordée à son pays et rendu hommage aux présidents Paul Biya et Denis Sassou Nguesso du Cameroun et du Congo Brazzaville qui ont ainsi concrétisé l’idée pour le grand intérêt des deux pays. « Un défilé parfaitement équilibré dans son organisation, avec une belle tenue des troupes, dans la rigueur, l’ordre et l’harmonie, ainsi qu’une mobilisation de la jeunesse, l’espoir de ce pays frère si dynamique », a déclaré l’ambassadeur Valentin Ollessongo. Pour le diplomate congolais, le choix de son pays n’est pas un fait du hasard, mais tient plutôt sur plusieurs raisons. Le Congo et le Cameroun partagent une longue frontière commune, avec des peuples qui prônent le vivre ensemble. Bien plus, leurs armées entretiennent des contacts permanents, dans le cadre de la sécurisation des frontières, la protection de l’environnement et la lutte contre le braconnage qui affecte le bassin du Congo.
Enfin, dans le domaine de la formation, les ressortissants des deux pays se côtoient depuis des années dans les grands centres de formation. Il en est de l’Ecole Nationale et d’Administration de Yaoundé (ENAM) qui accueille les ressortissants de la sous-région, y compris les Congolais. Le point de presse a également donné l’opportunité à l’ambassadeur du Congo Brazzaville de magnifier la coopération entre le Cameroun et son pays, avec en prime, la construction de la route Sangmélima-Ouesso dont les travaux avancent normalement. Dans le domaine énergétique, il faut mentionner le barrage de Chollet dont la mise en œuvre est attendue dans un proche avenir. Dans cette coopération entre les deux pays, il y a entre autres, le projet intégrateur de l’université inter-Etats à Sangmélima et à Ouesso, le jumelage entre les villes de Sangmélima et d’Owando.
Ainsi, de manière générale, au-delà des liens étroits entretenus entre les présidents Paul Biya et Denis Sassou Nguesso, il faut reconnaitre avec l’ambassadeur Valentin Ollessongo que « le Cameroun et le Congo constituent la locomotive de l’intégration en zone CEMAC ». Pour l’heure, il est attendu dans les prochains mois, la tenue de la grande commission mixte entre les deux pays à Brazzaville. Cette instance permettra alors d’évaluer le niveau d’une coopération multiforme afin de lui insuffler une nouvelle dynamique.
(Avec L'essentiel du Cameroun)