Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
INTERNATIONAL

L’OMS et ses partenaires appellent à agir de toute urgence contre la méningite


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 4 Octobre 2021

La nouvelle stratégie de lutte contre la méningite vise à sauver plus de 200 000 vies par an.


L'OMS. © REUTERS/Denis Balibouse
L'OMS. © REUTERS/Denis Balibouse
L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et ses partenaires ont lancé le 28 septembre la première stratégie mondiale jamais établie pour vaincre la méningite, une maladie débilitante qui tue des centaines de milliers de personnes chaque année.

L’objectif est, d’ici à 2030, d’éliminer les épidémies de méningite bactérienne – la forme la plus meurtrière de la maladie – ainsi que de réduire les décès de 70 % et de diviser par deux le nombre de cas. Les organisations à l'origine de la stratégie estiment que celle pourrait sauver plus de 200 000 vies par an au total et réduire considérablement la charge de handicap imputable à la maladie.

Cette stratégie, la Feuille de route mondiale pour vaincre la méningite d’ici à 2030, a été lancée par une large coalition de partenaires actifs dans la prévention et la maîtrise de la méningite lors d’une manifestation en ligne organisée par l’OMS à Genève. Elle met l’accent sur la prévention des infections et l’amélioration des soins et du diagnostic pour les personnes touchées.

« Partout où elle frappe, la méningite peut être mortelle et débilitante ; elle se développe rapidement, a de graves conséquences sur la santé et l’économie et sur le plan social et entraîne des flambées épidémiques dévastatrices », a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS. « Il est temps de venir à bout de la méningite, partout dans le monde. Pour cela, il faut élargir de toute urgence l’accès aux outils existants, et notamment aux vaccins ; conduire de nouvelles recherches et innover pour prévenir, détecter et traiter les différentes causes de la maladie ; et améliorer les services de réadaptation. »

La méningite est une inflammation dangereuse des membranes qui entourent le cerveau et la moelle épinière. Elle est le plus souvent causée par une infection bactérienne ou virale.

La forme causée par une infection bactérienne est généralement la plus grave – 250 000 décès par an environ lui sont imputables – et elle peut provoquer des épidémies qui se propagent rapidement. Elle tue une personne infectée sur 10, en majorité des enfants et des jeunes, et un sujet touché sur cinq souffre d'un handicap de longue durée (convulsions, perte auditive ou visuelle, troubles cognitifs).

Au cours des dix dernières années, des épidémies de méningite ont frappé toutes les régions du monde, mais principalement la « ceinture de la méningite », qui couvre 26 pays d’Afrique subsaharienne. Ces épidémies sont imprévisibles, peuvent gravement perturber les systèmes de santé et nourrissent la pauvreté, entraînant des dépenses catastrophiques pour les ménages et les communautés.

« Cette feuille de route traduit l’ambition commune des personnes et des familles touchées qui, à travers le monde, ont appelé à sa création. C’est leur expérience et leur passion qui ont poussé toute une communauté d’intérêts à parcourir ce chemin », a déclaré Vinny Smith, Administratrice générale de la Meningitis Research Foundation et de la Confederation of Meningitis Organisations (CoMO), une organisation internationale de groupes de défense des patients atteints de méningite. « L’action qui nous fédère aujourd’hui tend vers un même objectif : vaincre la maladie, et ce sont les patients qui nous inspirent sur cette voie. »

Plusieurs vaccins protègent contre la méningite, y compris les vaccins antiméningococciques, le vaccin anti-Haemophilus influenzae type b et les vaccins antipneumococciques. Cependant, toutes les communautés n’ont pas accès à ces produits vitaux et de nombreux pays ne les ont pas encore introduits dans leurs programmes nationaux.

Alors même que des recherches sont en cours pour mettre au point des vaccins contre d’autres causes de méningite, notamment les streptocoques du groupe B, il reste urgent d'améliorer le financement et la recherche pour innover et en développer de nouveaux. Il faudra aussi renforcer le diagnostic précoce, le traitement, ainsi que la réadaptation pour tous ceux qui ont besoin.

La nouvelle feuille de route fixe les priorités suivantes pour la prévention et la lutte :
- Obtention d’une couverture vaccinale élevée, mise au point de nouveaux vaccins abordables et amélioration des stratégies pour prévenir et combattre les flambées épidémiques ;
- Diagnostic rapide et traitement optimal pour les patients ;
- Données de qualité pour orienter les efforts de prévention et de lutte ;
- Soins et soutien aux personnes touchées, en se concentrant sur la reconnaissance précoce, l'amélioration de l'accès aux soins et une meilleure prise en charge des séquelles, et
- Action pour sensibiliser largement la population à la méningite, responsabiliser les acteurs dans la mise en œuvre des plans nationaux et affirmer le droit à la prévention, aux soins et aux services de suivi.

L'OMS et ses partenaires aident les pays à mettre en œuvre la Feuille de route, notamment en élaborant des cadres régionaux et nationaux pour que les pays puissent atteindre leurs objectifs ambitieux.