Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
POINT DE VUE

L'africanéité à l'épreuve de l'occidentalisation : compréhension à l'étude des paradoxes civilisationnels


Alwihda Info | Par Brahim Oguelem - 5 Août 2019 modifié le 5 Août 2019 - 16:36


Brahim Oguelem. © DR
Brahim Oguelem. © DR
Les Africains sont quasiment dépossédés de leurs cultures, de leurs langues, de leurs croyances et de leur civilisation. La colonisation fut une domination de la civilisation occidentale sur la civilisation africaine et ainsi donc, celle-là a annihilé celle-ci. C'est pourquoi aujourd'hui, les Africains parlent et travaillent avec une langue qui n'est pas la leur, se vetissent et se nourrissent avec une civilisation qui n'est pas la leur ; cette prévalence de la civilisation qui n'est pas la leur sur la leur a fait de telle sorte que la quasi-totalité des Africains se comportent de façon à singer et à imiter la civilisation occidentale, colonialiste et impérialiste du reste, pour mieux être non pas intégrés mais assimilés. Et l'assimilation est fille d'abrutissement et de stupidité et, laquelle assimilation conduit à n'en point douter, au renoncement de soi, au renoncement de sa religion, au renoncement de sa culture, au renoncement de ses traditions, au renoncement de sa langue, au renoncement de ses valeurs et par dessus tout, au renoncement de sa civilisation. Et c'est dans ce sillage que Malcom X a soutenu : " Qu'il n'y a rien de plus dévastateur qu'un Africain à l'esprit européen". 

Ainsi donc, au regard de ce basculement lent mais implacable et immanquable de la culture africaine  vers la culture occidentale,  nous avons tout le loisir de soutenir que l'homme noir ou du moins, l'Africain ne sera que l'ombre de lui-même car toute sa vie durant, il sera partagé désespérément entre les paradoxes de deux civilisations protéiformes et de ce fait, antagonistes. Mais pis encore, l'occidental ne voudra jamais admettre dans toute sa plénitude ce noir africain, fût-il assimilé, comme étant un homme à part entière et digne de ce nom.

Ici, l'idée n'est pas étant de complètement renoncer à l'Occidentalisme mais bien au contraire aux valeurs occidentales qui sont, à juste raison, aux antipodes de nos propres valeurs, c'est-à-dire aux valeurs africaines. 

À titre illustratif, la caractéristique première et fondamentale  de l'Occident est calquée sur l'individu comme prémisse majeure de ladite culture occidentale. En revanche, la société africaine quant à elle est essentiellement caractérisée sur la base de la solidarité active et agissante.

Et c'est pourquoi, ces deux valeurs civilisatrices ne sauraient être ramenées à se chauvaucher l'une l'autre. Il serait encore juste d'étayer nos propos à la lumière d'un autre exemple plus édifiant encore et, non de moindre ou voire pis, celui de l'homosexualité. Le simple fait d'évoquer l'homosexualité dans les milieux africains frise l'émoi et l'hécatombe, c'est dire que combien l'assimilation est vecteur de déperdition et de dépossession humaine et africaine.

Mais pour autant, à la lumière de la jonction symbolique de ces deux cultures et civilisations fortement teintées de différences et ne s'appesantir q'uniquement sur celles-ci, reviendrait à verser dans ce subjectivisme ambiant.

Fort de ce qui précède, nous pouvons avancer sans risquer de nous tromper, qu'il y des compatibilités tout comme des incompatibilités à prendre en considération. Par conséquent, il nous revient de jauger les dimensions qui sont compatibles aux nôtres.

Au demeurant, c'est toute la philosophie du poète Président Sénégalais Léopold Sedar Senghor pour qui, il est nécessaire qu'il faille éventuellement concilier les contradictions et les paradoxes qui peuvent y exister entre différentes civilisations en soutenant la thèse suivante :" L'ouverture dans l'enracinement".

Quoi qu'il en soit, il est judicieux que l'Africain fasse sienne cette affirmation du Président du pays des hommes intègres Thomas Sankara et pour qui :"La seule façon de vivre digne et libre c'est de vivre Africain".

Ainsi, partant de tout ceci, ne s'appesantir que sur la singerie, la pitrerie, la rouerie, la tartuferie, la ruse, la clownerie ou la mimique d'une civilisation qui n'est pas la nôtre relèverait tout simplement et tout bonnement de la cruauté gargantuesque et abyssale de notre stupidité envers une civilisation capricieuse, vénéneuse, hagarde et dédaigneuse vis-à-vis de nous, des nôtres et de notre civilisation.

C'est toute la thèse du savant Sénégalais Cheik Anta Diop, au reste, qui ne cessait de rappeler de son vivant aux Africains : qu'ils sont à la fois et l'origine et la civilisation de l'Humanité. À ce titre, les Africains doivent retrouver confiance en eux-mêmes, en leurs croyances et en leur capacité à pouvoir être authentiques, libres et dignes.

Auteur : Brahim Oguelemi est né en 1992 au Tchad et est détenteur d’un diplôme de master en droit spécialisé en Relations internationales internationales.

Par ailleurs, il est doctorant en droit public à l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Il a longtemps participé à la vie associative notamment au sein de sa communauté de  l’Université du Sahel où il fut à deux reprises le président de ladite communauté.