Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

La COVID-19 souligne l’urgence de développer des solutions énergétiques durables dans le monde


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 31 Mai 2020

Pour parvenir à atteindre les cibles des Objectifs de développement durable d'ici à 2030, les pays doivent préserver leurs acquis et intensifier leurs efforts en faveur de l’accès à une énergie abordable, fiable, durable et moderne pour tous.


© DR
© DR

WASHINGTON – Malgré l’accélération des progrès au cours de la dernière décennie, la communauté internationale doit intensifier considérablement ses efforts si elle veut permettre à tous de d’accéder des services énergétiques fiables, durables et modernes, à un coût abordable, à l'horizon 2030. C'est ce que révèle le dernier rapport de suivi consacré aux avancées de l'Objectif de développement durable n° 7   (a) et publié aujourd'hui par l’Agence internationale de l’énergie (AIE), l’Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA), la Division de statistique de l’ONU (UNDESA), la Banque mondiale et l’Organisation mondiale de la santé (OMS). 

Selon le rapport, différents volets de l'Objectif de développement durable n° 7 (ODD 7) avaient enregistré des progrès significatifs avant la crise liée au coronavirus (COVID-19). Parmi ceux-ci, une réduction notable du nombre de personnes privées d'accès à l'électricité dans le monde, un essor soutenu des énergies renouvelables pour la production d'électricité et des améliorations sur le front de l'efficacité énergétique. Mais les efforts restent insuffisants à l'échelle planétaire pour atteindre les principales cibles de l'ODD 7 d'ici à 2030.

Le nombre de personnes sans accès à l'électricité est passe de 1,2 milliard à 789 millions entre 2010 et 2018. Compte tenu des mesures en place ou programmées avant le début de la crise du coronavirus, on estime que 620 millions de personnes n’auront toujours pas accès en 2030, dont 85 % en Afrique subsaharienne. L'ODD 7 appelle à un accès universel à l'énergie d'ici à 2030  . 

D'autres composantes importantes de cet objectif risquent de manquer leur cible. En 2017, près de 3 milliards de personnes étaient privées d'accès à des moyens de cuisson non polluants, principalement en Asie et en Afrique subsaharienne. La stagnation des progrès depuis 2010 cause chaque année des millions de décès dus à l'inhalation de fumées de cuisson. Par ailleurs, la part des énergies renouvelables dans le bouquet énergétique mondial ne progresse que lentement, malgré la croissance rapide de l'éolien et du solaire dans la production d'électricité. Pour se rapprocher de la cible de l'ODD 7, le développement des énergies renouvelables doit être accéléré dans tous les secteurs, notamment dans le chauffage et le transport où les avancées sont très en dessous de leur potentiel. Après des progrès substantiels en matiere d’efficacité énergétique entre 2015 et 2016, le rythme marque le pas au niveau mondial. Le taux d’amélioration requiert une forte augmentation, de 1,7 % en 2017 à au moins 3 % dans les années à venir.

Pour accélérer la cadence des progrès dans toutes les régions et tous les secteurs, il faudra un engagement politique plus résolu, une planification énergétique à long terme, un financement public et privé accru, ainsi que des incitations politiques et budgétaires appropriées qui stimulent un déploiement plus rapide des nouvelles technologies. Il faudra aussi s’attacher davantage à « ne laisser personne de côté », étant donné la forte proportion de la population qui est privée d'accès à l'énergie dans les communautés reculées, rurales, pauvres et vulnérables.

L'édition 2020 du rapport introduit un nouvel indicateur (7.A.1), qui s'intéresse aux flux financiers internationaux qui soutiennent les énergies propres et renouvelables et qui sont destinés aux pays en développement. Même si ces flux ont doublé depuis 2010, pour s'établir à 21,4 milliards de dollars en 2017, seuls 12 % ont bénéficié aux économies les moins avancées, qui sont aussi les pays les plus éloignés des cibles fixées par l'ODD 7.

Le rapport est le fruit de la collaboration des cinq organismes dépositaires de l'ODD 7, qui ont été chargés par la Commission statistique des Nations Unies de compiler et de vérifier les données nationales, ainsi que les agrégats régionaux et mondiaux, en relation avec les progrès accomplis dans la réalisation des cibles de l’objectif. La publication fournit aux responsables publics et aux partenaires de développement des données mondiales, régionales et nationales qui permettront d'éclairer les décisions et d'identifier les priorités au service d'une reprise post-COVID placée sous le signe du développement d’une énergie abordable, fiable, durable et moderne. Cette collaboration souligne une fois de plus l'importance de données fiables pour guider l'élaboration des politiques ainsi que la possibilité d'améliorer la qualité des données grâce à la coopération internationale en vue de renforcer encore les capacités nationales. Les organismes dépositaires ont transmis le rapport au Secrétaire général des Nations Unies afin qu'il contribue a la revue annuelle du Programme de développement durable à l’horizon 2030.