Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ANALYSE

La violence dans la société tchadienne, si on en parlait ?


Alwihda Info | Par Abraham DANDJAI - 31 Décembre 2013

Cet article date de 2009. Une sélection de tribunes sur Alwihda Info, jamais publiés, qui mettent l'accent sur les problèmes qui minent le Tchad, à la veille de l'année 2014.


La violence dans la société tchadienne, si on en parlait ?
S´il y a un domaine où le tchadien excelle vraiment aujourd´hui c´est celui de la violence. Elle se retrouve sous plusieurs formes : conjugales, faite aux enfants, d´une ethnie sur une autre, etc. La violence semble même être normale puisqu´on y a recours de plus en plus et de manière systématiquement. Le fils de voisin a traité mon fils de connard, toute la communauté se lève pour allez casser la gueule à la communauté du voisin ; irréaliste mais ça existe au vingt unième siècle. Mais là où le bas blesse c´est quand on s´aperçoit qu´il y´a des intellectuels de renoms qui semblent oubliés leurs diplômes quand il s´agit de discuter de leurs communauté. La justice est universelle et si telle en ai le cas tout personne raisonnable devrait pouvoir dire halte à sa communauté quand elle s´aperçoit que cette communauté n´a pas raison. De même, il est du devoir des intellectuels de pouvoir dire halte quand il s´agirait de défendre un groupe contre l´oppression. Au-delà, cela permettra de servir seulement et rien que la vérité. Et n´oublions pas, mes chers frères, même l´homme le plus injuste du monde ferra appel à la justice le jour où il se sentira en position de faiblesse. Saddam n´avait ils pas accusé ses geôliers de l´avoir torturer ? Mais bon ce n´est pas le but de notre sujet.

Aucune ethnie, aucun groupe ne peut se targuer de détenir le monopole du la violence, et comme on le dit dans notre pays ``les plus forts´´. Ne croyez pas que celui qui prend ses jambes au coup quand on brandit une arme à peur de vous. Il a juste peur de l´arme qui ne fait pas partie de votre corps. Imaginez un seul instant la situation inverse et dite vous qui serrait entrain de prendre ses jambes au coup ? Bizarre non ! Ah oui, c'est ça une vérité universelle ; Mais une remarque de taille, ceux qui s´échinent à ne pas sortir sans arme ne le font pas par ce qu´ils se croient le plus forts. En réalité ils ne se sentent pas en sécurité pour oser se promener sans arme, et cette insécurité illusoire semble être provoquée par la peur des autres. Ne pas avoir confiance en soit même quand on n’a en réalité pas de réels ennemis dans la cité reviendrait à être le plus poltron de la cité.

Un jour mon ami camerounais m´a poser la question à savoir pourquoi les tchadiens aiment-ils tant la violence ? Vous n´imaginez pas ma réponse…mais je lui ai demandé pourquoi on en est arrivé à ce niveau afin de pouvoir lui arracher trente minutes d´écoute. C´est vrai que l'étranger est frapper de stupeur quand il se rend au Tchad et constate à quel niveau les gens n´ont aucune valeur de l´espèce humaine. Mais à vrai dire on ne nous a enseigné jamais la non-violence. Que ça soit dans notre milieu scolaire ou dans nos écoles. Le message général semble être œil pour œil, dent pour dent. Il ne manquait que son inscription à la constitution de la République. Combien sont des parents dans ce pays qui essaieraient de demander à leur enfant pourquoi il s´est fait taper dessus et comprendre qui de son fils ou de l´autre à raison avant d´agir ? Au contraire on préfère dire à l´enfant ‘si l´enfant du voisin te fais la tête, casse lui la gueule¨. Cet apprentissage au métier de la violence se lit à l´approche de fêtes au Tchad. Les vendeurs des jouets d´armes et matériels militaires en sont les grands bénéficiaires. Les plus gelés iront jusqu´à payer des habits militaires à leurs enfants. Personne ne se rend compte de l´effet que cela produira chez l´enfant ou bien on sait bien ce que l´on fait en achetant ces jouest à son fils espérant qu´il deviendra plus tard un desperado.

En 2006 à Moundou, j´étais avec un ami que j´ai pas mal d´estime pour lui par ce qu´ils a toujours essayé d´être juste avec tout le monde. Ce type ne vous accepte pas par ce que vous été arabe comme lui, banana comme lui, Sara comme ça se passe dans la majeure partie au Tchad ; il vous accepte d´abord comme ami par ce qu´il apprécie votre compagnie et les restes des considérations seront secondaires pour lui. Le jour de fete approchait, on avait decidé de faire un tour au marché afin d´acheter les habits et objets de fêté à ses enfants. On était d´accord sur plusieurs choix…sauf quant il s´est arrêté net sur les jouets d´arme. Je le savais pas mal averti et raisonnable pour acheter ces genres de jouet à ses enfants. Il m´a juste fait savoir qu´au moment où on enseigne la non-violence à nos enfants, les autres tchadiens apprennent plutôt à leurs enfants les techniques de violence les plus redoutables. Selon lui, pour éviter que notre enfant soit perdant dans la rue on devrait aussi lui apprendre les techniques rudimentaires de la violence !!! A mon avis beaucoup de tchadiens agissent de la sorte quand ils choisissent ces jouets à leurs enfants. C´est juste une fuite en avant. N´oublions surtout pas : la violence n´a toujours engendrer la violence. Il nous faudra, si l'on veut sortir de ce labyrinthe, décider un jour de montrer le droit chemin à non fils. Cette action doit commencer au niveau de la structure familiale et ensuite atteindra son apogée quand le tchadien serrai près à s´excuser quand il commettra un tord à son prochain.

A ceux qui cherchent la solution à la guerre dans ce pays, n´allez pas loin. Cette guerre à sa source dans notre milieu éducatif. Les faillent de ce système n´a engendré que les maux comme violence, haine gratuite etc. On ne nous a jamais enseigné que chacun devait se battre pour la sauvegarde de sa patrie, rien que sa patrie. Au contraire nos parents se sont bornés à nous faire comprendre que ce pays est une jungle où les lions mangent les gazelles, et qu´il fallait être lion si on voulait vivre dans ce pays. Ils sont vraiment méchants de nous avoir laissé que ça comme héritage! il appartient à nous, jeunes tchadiens de surpassé cet état des choses.

Aucune personne ne naît mauvaise. Autrement dit, de la même manière ou on a appris le langage de la violence, il serrait aussi possible de réapprendre les concepts de la non violence. Je ne me fais pas d´illusion quant au changement rapide de comportement de tchadien. On ne change pas la nature de l´homme avec une baguette magique. Il s´agit de travaille de longue haleine où chaque tchadien devra apporter sa contribution aussi modeste soit elle. En réalité le tchadien aime son pays sinon on allait rien avoir comme population après trente ans de guerre. Mais le fais de résister depuis trente ans devant les affres de guerre ne nous conditionne pas à regarder la situation s´empirer. Il nous faut agir et maintenant même sur nos enfants, nos frères, nos voisins, bref tout ceux qu´on influencer par nos paroles de non violence.

Enfin, chers frères tchadiens, vous qui aviez toujours aimé ce pays, il est temps de sauver ce beau pays. Apres il serrait trop tard et on le regrettera amèrement.

Salut à tous.

Article publié sur mon blog dandjai.over-blog.fr
Abraham DANDJAI
dandjai_fils1@yahoo.fr



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 20 Janvier 2021 - 14:26 La Nouvelle Afrique !