Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Le Niger signe un accord pour développer un parc éolien de 250 MW


Alwihda Info | Par APO - 31 Mars 2022

La Chambre africaine de l'énergie (AEC) (www.EnergyChamber.org) effectue actuellement une visite européenne de haut niveau, rencontrant des représentants gouvernementaux, des leaders africains de l'énergie et des parties prenantes clés pour discuter de l'état d'avancement du secteur de l'énergie en Afrique. Cette semaine, le président exécutif de l'AEC, NJ Ayuk, s'est rendu à Londres pour rencontrer S.E. Mahamane Sani Mahamadou, ministre du pétrole, de l'énergie et des énergies renouvelables, Niger, Vicky Ford, ministre britannique pour l'Afrique, et Andrew Knott, PDG de la société énergétique britannique axée sur l'Afrique, Savannah Energy, au parlement britannique pour discuter du mix énergétique de l'Afrique, où un protocole d'accord historique a été signé entre SE Mahamadou et Knott.


Représentant la voix du secteur de l'énergie en Afrique, l'AEC s'est engagée à soutenir les acteurs de l'industrie de l'énergie comme Savannah Energy qui concluent des accords qui contribueront à accélérer le développement du secteur de l'énergie en Afrique, en particulier dans le but d'abolir la pauvreté énergétique. Le continent représentant à la fois un paysage énergétique à multiples facettes et à fort potentiel, la nécessité d'une collaboration renforcée sur l'ensemble du spectre énergétique est nécessaire si le continent veut lutter contre la pauvreté énergétique, stimuler le développement économique et créer des marchés libres et compétitifs.

À cet égard, l'AEC a plaidé et continue de plaider en faveur d'un mix énergétique fort et diversifié en Afrique, où de multiples ressources et technologies sont adoptées. Des pays comme le Niger, par exemple, riches en ressources renouvelables et avec des objectifs ambitieux d'accès universel à l'électricité d'ici 2035, font déjà des progrès significatifs vers la diversification grâce à l'adoption de technologies d'énergie renouvelable. Cela a été mis en évidence à Londres où Savannah Energy et S.E. Mahamadou a signé un protocole d'accord historique pour le développement d'un parc éolien de 250 MW dans la région de Tahou au Niger. Le parc éolien représente le premier du pays et comprendra jusqu'à 60 turbines, dont l'électricité sera intégrée au réseau électrique national et régional. Le projet marque une étape importante vers la réduction de la pauvreté énergétique en Afrique de l'Ouest, augmentant la capacité de production et l'accès à l'électricité du pays tout en servant de modèle pour d'autres pays riches en énergies renouvelables qui cherchent à diversifier leur mix énergétique.

« Je suis ravi d'annoncer aujourd'hui nos plans pour le développement du Parc Eolien de Tarka. Il s'agit d'un projet véritablement transformateur pour le Niger, qui pourrait augmenter considérablement la capacité de production d'électricité du pays sur le réseau. Un tel projet devrait stimuler une augmentation significative de l'activité économique à travers notre pays, créant directement et indirectement des milliers d'emplois au cours de la prochaine décennie », a déclaré S.E. Mahamadou.

En tant qu'acteur majeur de l'énergie au Nigeria, au Tchad et au Niger, Savannah Energy a déjà réalisé des progrès significatifs dans la promotion du développement énergétique de l'Afrique. Au Nigéria, la société britannique est impliquée dans le secteur en amont, détenant des intérêts dans deux champs pétroliers et gaziers onshore à grande échelle ; et le secteur intermédiaire, avec une participation de 80 % dans l'installation de traitement de 200 millions de pieds cubes standard par jour d'Accugas ainsi que d'un réseau de gazoducs de 260 km. Grâce à ces projets, la société fournit du gaz pour permettre plus de 10 % de la production d'énergie thermique du pays. De plus, au Niger, Savannah Energy détient des intérêts sous licence couvrant 13 655 km² dans le bassin du Rift d'Agadem, soit environ 50 % du principal bassin pétrolier du pays. À ce jour, la société a fait cinq découvertes à partir de cinq puits répartis sur cinq champs pétrolifères. En conséquence, la société représente l'un des poids lourds de l'Afrique de l'Ouest et sera un partenaire précieux pour le Niger alors que le pays s'efforce d'atteindre ses objectifs en matière d'énergie renouvelable.

« Le message est clair. Si vous créez un environnement propice qui respecte l'entreprise et le marché libre, les investissements viendront. Le gouvernement du Niger a fait exactement cela. Félicitations à Savannah Energy et au ministre de l'Énergie du Niger pour avoir concrétisé cet accord. Savannah Energy représente une entreprise énergétique qui fait quelque chose de nouveau. Une bouffée d'air frais en Afrique avec un fort accent sur l'avenir de l'énergie. Le projet inaugural d’énergie renouvelable de la société sera essentiel pour le Niger alors qu’il s’apprête à abolir la pauvreté énergétique tout en renforçant le rôle des énergies renouvelables dans le mix énergétique du pays. Je suis encouragé par les emplois, les investissements, les opportunités, l'impact qu'ils ont dans les communautés dans lesquelles ils opèrent. Plus important encore, l'espoir qu'ils apportent à tant de personnes qui ont été ignorées. Savannah Energy est l'exemple d'une entreprise internationale travaillant en collaboration pour le bien de notre continent. Le protocole d'accord signale une nouvelle ère d'investissement et de développement au Niger et en Afrique, et nous attendons avec impatience qu'Andrew Knott et son équipe aillent jusqu'au bout », a déclaré Ayuk.

Alors que l'AEC continue de faire pression pour renforcer les investissements et les partenariats dans le paysage énergétique africain, en mettant l'accent sur la diversification et l'intégration énergétiques, des événements tels que la prochaine Semaine africaine de l'énergie (AEW) 2022, qui se tiendra du 18 au 21 octobre au Cap, joue un rôle déterminant dans la facilitation de nouveaux accords et la conduite d'un dialogue axé sur l'Afrique. Des événements tels que l'AEW 2022 s'avèrent particulièrement précieux pour les pays africains alors qu'ils font progresser l'expansion et le développement de l'énergie, et pour les sociétés énergétiques internationales alors qu'elles s'efforcent de renforcer leur présence sur les principaux marchés africains.

"S.E Mahamadou a été confirmé comme conférencier principal lors du premier événement énergétique du continent, AEW 2022, où il animera une discussion animée sur la diversification énergétique. Il a signé le mois dernier un accord sur l'hydrogène vert avec la société allemande Emerging Energy Corp et le ministre comprend et plaide pour une approche énergétique intégrée en Afrique. Il veut que chaque source d'énergie soit utilisée. Face à la transition énergétique et aux bouleversements des marchés mondiaux, cette approche est particulièrement importante. À l'AEW 2022, nous attendons avec impatience que des entreprises internationales - telles que Savannah Energy - et les ministres africains de l'énergie se mettent au travail, signent des accords et forment des partenariats qui accéléreront le développement de projets pour les années à venir », a conclu Ayuk.

AEW 2022 est la conférence annuelle, l'exposition et l'événement de réseautage de l'AEC. AEW 2022 réunit les acteurs africains de l'énergie avec des investisseurs et des partenaires internationaux pour stimuler la croissance et le développement de l'industrie et promouvoir l'Afrique en tant que destination des investissements énergétiques. Des organisations clés telles que l'Organisation africaine des producteurs de pétrole, ainsi que des poids lourds africains, dont la Guinée équatoriale et le Nigéria, se sont associés à l'AEW, renforçant ainsi le rôle que l'événement jouera dans l'avenir énergétique de l'Afrique.