Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Le Sahel confronté à une crise alimentaire catastrophique, avertit le PAM


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 20 Février 2022

Le nombre de personnes au bord de la famine au Sahel a presque décuplé au cours des trois dernières années et les déplacements de populations ont augmenté de près de 400% alors que la région connaît sa pire crise alimentaire depuis plus d'une décennie, a mis en garde le Directeur exécutif du Programme alimentaire mondial (PAM), David Beasley.


Des personnes déplacées font la queue pour une distribution de nourriture à Gorom-Gorom, au Burkina Faso. © PAM/Cheick Omar Bandaogo
Des personnes déplacées font la queue pour une distribution de nourriture à Gorom-Gorom, au Burkina Faso. © PAM/Cheick Omar Bandaogo
La région qui s'étend au sud du désert du Sahara connaît actuellement l’une de ses périodes les plus sèches depuis 2011, rapporte ONU Info.

En seulement trois ans, le nombre de personnes qui se rapprochent de la famine est passé de 3,6 millions à 10,5 millions dans cinq pays – le Burkina Faso, le Tchad, le Mali, la Mauritanie et le Niger. 

Insécurité, pauvreté et inflation

La crise actuelle devrait dépasser les années précédentes en raison de facteurs aggravants, notamment l'insécurité, une augmentation de la pauvreté due à la Covid-19 et des augmentations spectaculaires du coût des aliments de base.

« Une crise absolue se déroule sous nos yeux dans la région du Sahel », a déclaré David Beasley depuis le Bénin, après avoir visité les opérations du PAM au Niger et au Tchad. 

« J'ai parlé avec des familles qui ont traversé plus que vous ne pouvez l'imaginer », a-t-il indiqué. « Elles ont été chassées de chez elles par des groupes extrémistes, affamées par la sécheresse et plongées dans le désespoir par les effets économiques de la Covid. Nous manquons d'argent et ces personnes n'ont plus d'espoir ».

Alors que les besoins sont énormes, les ressources pour soutenir les personnes vulnérables sont au plus bas, poussant le PAM dans la position difficile de devoir prendre à ceux qui ont faim pour nourrir ceux qui en souffrent plus. Au Niger, par exemple, le manque de financement signifie que le PAM réduit de moitié les rations alimentaires.