Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Le Tchad était au rendez-vous des 2ème Assises Africaines de l’Intelligence Economique à Casablanca


- 9 Décembre 2017 modifié le 9 Décembre 2017 - 15:55

Parmi les principaux intervenants, il y a eu la présence remarquée d’un expert Tchadien, Adoum Youssef IBRAHIM, Fondateur et Président de l’Association Tchadienne d’Intelligence Economique.


Ce mardi 5 décembre 2017, près de 150 personnes se sont réunies au Technopark de Casablanca (Maroc) pour la deuxième édition des Assises Africaines de l’Intelligence Economique, rendez-vous annuel devenu incontournable pour la communauté africaine de l’IE depuis sa première édition de 2016.

Parmi les principaux intervenants, il y a eu la présence remarquée d’un expert Tchadien, Adoum Youssef IBRAHIM, Fondateur et Président de l’Association Tchadienne d’Intelligence Economique. Il est intervenu pour présenter son retour d’expérience sur les débuts d’implantation de l’intelligence économique au Tchad. Il a démontré l’apport considérable que peut représenter la discipline pour répondre à l’impératif de diversification de l’économie nationale Tchadienne, fortement touchée par la crise pétrolière. Il a notamment insisté sur le rôle prévisionnel des outils d’intelligence économique qui permettent d’agir en amont de tels crises. 

L’état des lieux des initiatives locales en intelligence économique, qui a été initié l’année dernière, s’est poursuivi avec l’analyse de l’évolution des situations en Algérie, en Côte d’Ivoire, au Maroc, au Sénégal, au Tchad et en Tunisie. La présentation de nouvelles initiatives misent en place en Guinée, à Madagascar et au Bénin ont également été étudiées, ainsi qu’un retour d’expérience de la Banque Ouest Africaine de Développement qui a intégré une démarche d’intelligence économique dans sa stratégie de développement.

Il est ressorti de ces nombreux échanges, la volonté de construire un modèle d’intelligence économique africain francophone, inspiré pour partie de l’expérience française, mais tenant compte des spécificités locales, notamment culturelles. Pour cette occasion, plusieurs experts hexagonaux ont fait le déplacement à coté de leur collègues africains. L’ensemble des intervenants ont insisté sur le besoin d’échange et de partage tant au niveau de l’information que des méthodes et pratiques employées, saluant au passage l’initiative de ces Assises qui vont dans ce sens. Afin de fédérer l’ensemble de la communauté francophone de l’IE, François JEANNE-BEYLOT, l’initiateur des Assises, a présenté le Portail Africain de l’Intelligence Economique (www.afriqu.es) qui permet à chacun de produire et diffuser des connaissances. Le besoin de formation en intelligence économique a souvent été appelé par les intervenants tout comme la nécessité de coopération entre les institutions publiques et le secteur privé. Enfin les initiatives d’associations locales d’intelligence économique ont montré leur efficacité et il y a fort à parier que pour les assises de l’année prochaine, de nouvelles associations nationales auront vu le jour.

De nombreux temps d’échanges ont également permis aux participants de se rencontrer et de partager leurs expériences. Une soirée de Gala a notamment réuni les participants et partenaires à la résidence du Consul Général du Sénégal à Casablanca grâce à l’implication de plusieurs entreprises sénégalaises, dont la Senelec et l’ARTP.