Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Le Togo expose ses avancées en matière de protection des droits humains à Genève


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 25 Janvier 2022

Lomé - Depuis ce lundi 24 janvier et ce jusqu’au 4 février 2022, le Togo participe pour la 3ème fois, à l’Examen périodique universel (EPU) des Nations Unies qui se déroule dans le cadre de la 40ème session du Conseil des Droits de l’Homme à Genève. Premier pays à présenter son rapport, le Togo qui est représenté par une délégation composée de deux ministres, Christian TRIMUA et Akodah AYEWOUADAN, et son ambassadeur permanent auprès de l’ONU à Genève, Johnson YACKOLEY a exposé toutes les réalisations et les efforts consentis en matière de protection des droits humains depuis son dernier passage dans la Capitale de la Paix en 2016.


Le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies à Genève. © ONU/Elma Okic
Le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies à Genève. © ONU/Elma Okic
« Le Togo a accepté 167 des 195 recommandations formulées lors du dernier examen en 2016 », a annoncé le ministre des droits de l’homme à l’entame de son exposé. C’est dans ce sens que le pays a adhéré aux 9 principaux instruments internationaux de promotion et de protection des droits de l’homme de l’ONU, et a renforcé sa protection envers les seniors et les migrants à travers l’adoption d’une loi  relative à une Charte de l’Union Africaine.  

Le pays a poursuivi dans cette dynamique en renforçant la liberté d’expression et d’opinion, et en engageant l’an dernier une réforme du cadre juridique de la Haute autorité de l’audiovisuelle et de la communication (HAAC). Toujours dans le cadre des droits humains, le Togo a mis en œuvre au lendemain de son oral de 2016, un Plan national de développement sanitaire (PNDS) 2017-2022, conforme aux ODD, et comprenant la mise en place d’une couverture sanitaire universelle.

D’autres actions importantes ont également été effectuées : réduction de l’apatridie,   politique du bien-être des enfants, amélioration de l’accès à l’éducation, décentralisation et harmonisation des lois, protection sociale et santé,  droits des femmes, lutte contre le Covid-19, réduction de la pauvreté, politique carcérale, dialogue politique et refonte du code électoral, gouvernance démocratique, liberté de presse, de conscience et de religion, entre autres.  

Au bout de trois heures d’horloge, les 89 Etats présents ont salué la présentation togolaise et tous les efforts déployés, avant de formuler des recommandations. Les Etats ont recommandé entre autres au Togo de continuer à mettre en œuvre des mesures de réduction de la pauvreté, de favoriser l'emploi des jeunes, d’étendre le champ d’inspection du travail au domicile privé et de prendre des mesures pour lutter contre la corruption.

Prochaine étape désormais, l’adoption ce vendredi 28 janvier du Rapport de l’examen par le groupe de travail de cette 40ème session. Rappelons que l’EPU est un mécanisme établi par le conseil des Droits de l’homme permettant d’examiner la situation des droits de l’homme dans les 193 États membres des Nations unies, le Togo y compris.