Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
REPORTAGE

Le changement climatique pousse les agriculteurs vers le "tournant" de la crise du lac Tchad


Alwihda Info | Par Reuters - 29 Mai 2019 modifié le 29 Mai 2019 - 13:01


Un membre d'un groupe d'autodéfense civil tient un fusil de chasse tandis qu'une femme pompe de l'eau dans des jerrycans à Kerawa, Cameroun, 16 mars 2016. © REUTERS/Joe Penney
Un membre d'un groupe d'autodéfense civil tient un fusil de chasse tandis qu'une femme pompe de l'eau dans des jerrycans à Kerawa, Cameroun, 16 mars 2016. © REUTERS/Joe Penney
Le changement climatique doit être pris en compte pour faire face aux conflits autour du lac Tchad, ont déclaré le 15 mai dernier des chercheurs, alors que les conditions météorologiques de plus en plus extrêmes ont poussé les agriculteurs et les pêcheurs pauvres à prendre les armes.

La région frontalière du Nigeria, du Niger, du Tchad et du Cameroun a été frappée par une insurrection islamiste qui a déraciné 2,5 millions de personnes au cours d'une des crises les plus négligées du monde.

Les pluies irrégulières et la hausse des températures ont provoqué des pénuries alimentaires et des frustrations, tandis que les combats ont rendu plus difficile la possibilité pour les habitants de faire face à ces changements naturels, selon un rapport du think tank allemand Adelphi.

"Les gens ont tendance à penser que l'on s'occupe des problèmes humanitaires immédiats, puis à penser au climat après", a déclaré l'auteur principal Janani Vivekananda à la Fondation Thomson Reuters.

"Il ne vient pas plus tard, il vient maintenant", a-t-elle dit, exhortant les gouvernements et les organismes à aider les gens à faire face aux changements climatiques en leur fournissant de meilleures données sur les précipitations et en les aidant à changer leurs moyens de subsistance.

Selon le Programme des Nations Unies pour le développement, environ 40 millions de personnes vivant dans le bassin du lac Tchad - l'une des plus grandes masses d'eau douce d'Afrique entourée de semi-désert - dépendent de l'agriculture, l'élevage, la pêche et le commerce.

La région est un bastion de l'État islamique en Afrique de l'Ouest (ISWA) et de Boko Haram, qui a commencé une insurrection au Nigeria en 2009 et qui s'est étendue au-delà de ses frontières.

L'ISWA - qui s'est séparée de Boko Haram en 2016 - a essayé de gagner le coeur de la population locale en creusant des puits, en distribuant des semences et en fournissant des pâturages sûrs aux éleveurs afin de former une administration autour des côtes et des îles.

Le lac Tchad fluctue régulièrement avec les pluies, laissant des terres fertiles pour l'agriculture sur ses rives, a déclaré Vivekananda, mais la quantité et le calendrier des précipitations sont devenus imprévisibles, de sorte que les gens ne savent plus quoi planter ni quand.

"Ils atteignent un point critique où leurs moyens de subsistance ne sont plus viables", a-t-elle déclaré.

Le lac a rétréci d'environ 90% à cause des graves sécheresses des années 1960 aux années 1980, provoquant une concurrence sur les ressources qui est un autre facteur du conflit actuel, a-t-elle déclaré.

Mais d'autres ont mis en garde sur la nécessité de mettre l'accent sur le changement climatique plutôt que sur la politique.

"Se concentrer sur les facteurs naturels est très pratique", a déclaré Vincent Foucher, expert sur Boko Haram au Centre national de la recherche scientifique français.

"Je suis un peu inquiet que cela détourne les yeux des gens de la responsabilité de l'armée et de l'Etat", a-t-il déclaré.

Reportage de Nellie Peyton ; montage de Katy Migiro, traduction d'Alwihda Info.