Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
INTERNATIONAL

Les dirigeants et chefs d’Etat s'engagent à accélérer l'innovation antipaludique


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 11 Novembre 2019 modifié le 11 Novembre 2019 - 15:36

Les dirigeants et chefs d’Etat s'engagent à accélérer l'innovation antipaludique et à élargir l'accès aux traitements nouveaux et existants. Leur engagement intervient à l’heure où chercheurs et experts célèbrent le 20ème anniversaire de Medicines for Malaria Venture (MMV), un partenariat pour le développement de produits pharmaceutiques (PDP) et leader dans le domaine de la recherche et le développement de médicaments antipaludiques.


Les dirigeants et chefs d’Etat s'engagent à accélérer l'innovation antipaludique. © DR
Les dirigeants et chefs d’Etat s'engagent à accélérer l'innovation antipaludique. © DR
Genève – Aujourd'hui, des dirigeants et des chefs d’État, des experts de santé publique, des scientifiques et des chercheurs se joignent à Medicines for Malaria Venture (MMV) pour marquer 20 ans d'innovation et pour imaginer la prochaine génération d'actions contre une maladie qui est l’une des plus meurtrières au monde.

A la création de MMV en 1999, pratiquement aucun projet de développement de médicaments antipaludiques n’existait. Depuis cette date, MMV a développé le plus grand portefeuille de médicaments antipaludiques au monde et lancé 11 nouveaux médicaments antipaludiques qui sont déjà accessibles aux patients. 27 médicaments de ce type sont actuellement en cours de développement. MMV et ses partenaires se sont engagés à utiliser les technologies disponibles les plus récentes et les plus prometteuses pour lutter contre la résistance aux médicaments et prévenir la transmission des parasites. Grâce aux partenariats entre chercheurs, sociétés pharmaceutiques et programmes de lutte contre le paludisme qui administrent les médicaments sur le terrain, MMV a contribué à sauver environ 2,2 millions de vies dans les pays impaludés depuis le lancement de son premier médicament développé conjointement en 2009.

Une alliance mondiale pour la lutte contre le paludisme avec l’ALMA et l’APLMA

Aux côtés de leur partenaire mutuel MMV, les dirigeants des pays d'Afrique et de la région Asie-Pacifique, réunis dans la lutte contre le paludisme au sein de l'Alliance des dirigeants africains contre le paludisme (ALMA) et de l'Alliance des dirigeants de l’Asie et du Pacifique pour la lutte contre le paludisme (APLMA), s'engagent à accélérer l'élimination de la maladie. Ils comptent y parvenir grâce à un financement national accru et à la création d'un environnement politique favorable à l'introduction de nouveaux moyens de stimuler l'innovation et l'accès aux médicaments.

Sa Majesté le Roi Mswati III, président de l’ALMA explique : « Les dirigeants africains se mobilisent afin d’éliminer le paludisme d'ici 2030. Notre première priorité est d’accroître les ressources nationales consacrées à la lutte contre le paludisme puisque cela nous permettra de maintenir et d’élargir la couverture universelle et ainsi rendre les médicaments accessibles à ceux qui en ont le plus besoin. Nous nous engageons également dans la lutte contre la résistance aux médicaments et aux insecticides en investissant dans l'innovation en continu et en nous assurant que les nouvelles solutions soient disponibles. Nous félicitons tous les partenaires qui se sont joints à nous dans ce combat, notamment MMV qui utilise les données pour identifier des pistes d'innovation et pour développer de nouveaux outils qui nous permettront de venir à bout de cette maladie. J'espère célébrer l'élimination du paludisme de nos pays dans les années à venir. Nous parviendrons à une Afrique sans paludisme ! »

L'APLMA, conformément à son objectif d'éliminer le paludisme dans la région Asie-Pacifique d'ici 2030, soutient, elle aussi, les efforts visant à accroître le financement de la santé et à introduire de nouveaux médicaments antipaludiques. Avec la perspective d’une région Asie-Pacifique sans paludisme, les dirigeants ont appelé à une intensification rapide et soutenue des efforts à travers toute la région.

Le docteur Benjamin Rolfe, PDG de l'APLMA commente : « En Asie-Pacifique, la lutte contre le paludisme avance à grands pas - la Chine n’a enregistré aucun cas autochtone de paludisme en près de trois ans - de son côté, la Malaisie n'a signalé aucun cas en 2018 et l'Inde a enregistré une baisse de 24 % des cas entre 2016 et 2017. Néanmoins, un parasite mortel que l'on trouve sur tout le continent, le Plasmodium falciparum, a développé une résistance à de multiples médicaments dans la région du Mékong et constitue d’ores et déjà une menace pour la sécurité sanitaire mondiale. Aujourd'hui plus que jamais, il est crucial de s’assurer que les citoyens aient accès à des médicaments innovants et efficaces et d'accélérer les efforts pour vaincre le paludisme. Alors que nous célébrons les progrès réalisés par MMV au cours des 20 dernières années, nous réaffirmons notre engagement à accroître l'accès aux traitements de cette maladie et à lutter contre la résistance en développant des médicaments novateurs contre le paludisme. »

Une détermination sans faille pour MMV

Malgré les efforts à l’échelle mondiale qui ont permis de sauver plus de 7 millions de vies depuis 2000, un enfant meurt encore du paludisme toutes les deux minutes. MMV reste déterminé à s'attaquer au fardeau persistent du paludisme en découvrant, en développant et en distribuant de nouveaux médicaments. MMV a récemment lancé le « Malaria Drug Development Catalyst », un nouveau cadre juridique et scientifique permettant aux sociétés pharmaceutiques de collaborer plus efficacement au développement de nouveaux médicaments. MMV joue également un rôle clé auprès du premier fabricant africain d'antipaludiques. Il l’accompagne notamment dans l’obtention de la préqualification de l’OMS pour son produit de protection des femmes enceintes ainsi que pour l’amélioration du rapport coût-efficacité, et l'accès à des médicaments de qualité dans la région.

Au cours des deux dernières décennies de collaboration entre MMV et ses partenaires, d'innombrables progrès ont été réalisés dans le développement de médicaments antipaludiques. Plusieurs autres approches novatrices visant à élargir l’accès à ces médicaments impaludés seront évoquées :

· Amélioration de la collecte et du partage des données épidémiologiques et opérationnelles ;

· Déploiement de stratégies novatrices telle que la sensibilisation communautaire pour faciliter l’accès au traitement antipaludique dans les zones rurales difficiles d'accès ;

· Mise au point de nouveaux outils diagnostiques pour maximiser l'accès aux médicaments antipaludiques pour les patients qui en ont vraiment besoin ;

· Elargir la tranche d'âge pour la chimio prévention du paludisme saisonnier aux enfants de plus de 5 ans.

Dr David Reddy, PDG de Medicines for Malaria Venture (MMV) ajoute : « Nous avons aujourd’hui l’opportunité de saluer le travail incroyable des chercheurs du monde entier qui ont été et continuent d'être à la pointe de la recherche et de l'innovation dans la lutte contre le paludisme. C'est une occasion non seulement de tirer des enseignements sur les 20 dernières années, mais aussi de nous tourner vers l'avenir et de continuer de nous concentrer sur la recherche de solutions novatrices qui permettront d'éradiquer cette maladie évitable et traitable.

Cette année, deux rapports de l'OMS et de la Commission Lancet sur l'éradication du paludisme ont souligné que l’éradication du paludisme ne peut se faire que par le développement de nouveaux outils innovants. MMV et ses partenaires se sont engagés à développer les antipaludiques qui aideront à la lutte contre le paludisme et atteindre les objectifs à long terme d'élimination et d'éradication de la maladie. »

L'élimination du paludisme contribuera à la réalisation des Objectifs de Développement Durable des Nations Unies, en améliorant sensiblement la santé et l’économie mondiale. MMV travaille avec ses partenaires pour coordonner ses interventions contre le paludisme avec la Stratégie technique mondiale (SMT) de l'OMS et ses objectifs plus larges, y compris la réduction d'au moins 90 % des cas de paludisme et des taux de mortalité d'ici 2030.