Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Libye : des associations se félicitent des mandats d'arrêt contre des rebelles tchadiens


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 5 Janvier 2019 modifié le 5 Janvier 2019 - 11:04


Désert libyen. © DR
Désert libyen. © DR
Les associations des droits de l'Homme libyennes se réjouissent du lancement d'un mandat d'arrêt international contre les leaders de la rébellion tchadienne. Ce mandat d'arrêt international est élargi à certains chefs rebelles soudanais. 

Plusieurs chefs rebelles visés

La Libye a lancé un mandat d'arrêt international contre plusieurs chefs rebelles tchadiens pour leur participation supposée à la déstabilisation de la Libye à travers l’implication de leurs mouvements rebelles dans des conflits libyens. Ce mandat d'arrêt international vise aussi des responsables militaires de différents mouvements rebelles tchadiens basés dans la partie méridionale de la Libye.

Les autorités libyennes accusent des mouvements rebelles tchadiens d'avoir participé aux différents conflits ayant opposé le gouvernement libyen reconnu par la communauté internationale aux milices libyennes.

Un rapport publié ce jeudi 3 janvier évoque l'intervention des groupes rebelles tchadiens dans les combats opposant des tribus libyennes. Ils auraient directement perpétré des meurtres, des enlèvements et des actes de barbaries qui ont affecté un certain nombre de citoyens libyens dans le sud de la Libye.

Les leaders de la rébellion tchadienne et les chefs militaires rebelles visés par ce mandat d'arrêt international sont entre autres le général Mahamat Nouri, Ali Ahmat Abdallah, Adoum Hissein, Hassan Hissein, Timan Erdimi, Abakar Tollimi, Hassan bouloumaye, Ali Oumar, Michelet Detapol, Mahamat Hakimi, Hamid Djorou Margui, Hassan Moussa Kelley, Mahamat Moussa Margui, Mahamat Mahdi Ali et Bichara Hadjar Erdi.

Des opposants au régime tchadien

Le sud de la Libye abrite plusieurs mouvements rebelles tchadiens qui cherchent à renverser le régime du président tchadien Idriss Déby Itno à travers des incursions à partir du Nord du Tchad. La présence de rebelles tchadiens dans la partie méridionale de la Libye est perçue comme une menace pour la stabilité du Tchad par les autorités françaises. Celles-ci n'ont ménagé aucun effort pour aider les autorités tchadiennes dans le domaine du renseignement et du transport des troupes dans le conflit qui oppose l'armée régulière tchadienne et le comité d'auto-défense qui contrôle la localité de Miski.

Les autorités tchadiennes surveillent de près les agissements des différents mouvements rebelles tchadiens en territoire libyen, même si ces mouvements rebelles hétéroclites ne représentent pas une menace sérieuse dans l'immédiat pouvant contribuer au renversement du régime du président Idriss Déby Itno.