Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

OHADA : renforcement des capacités du personnel judiciaire du Cameroun


Alwihda Info | Par - 11 Mai 2021

Un séminaire organisé du 4 au 6 mai 2021 à Yaoundé, a permis de doter les magistrats d’outils et d’instruments leur permettant de mieux appréhender les subtilités du droit des affaires.


L’objectif principal du séminaire de trois jours qui vient d’être organisé par la commission nationale de l’Organisation pour l’harmonisation en Afrique du Droit des Affaires (OHADA), en partenariat technique et financier avec respectivement le secrétariat permanent de l’institution éponyme et la Banque mondiale, avait pour finalité d’améliorer le climat des affaires au Cameroun. Cela entre endroit ligne des priorités du gouvernement, dans sa politique de développement, dans un contexte marqué par une sorte de méfiance entre les pouvoirs publics et le monde des affaires.

La justice n’étant en effet efficace que « lorsque la qualité des décisions rassure les opérateurs économiques ». Et pour ce qui est de l’efficacité de la justice, l’une des conditions essentielles est la maîtrise du droit par les magistrats. D’où l’importance de cette session de formation et de renforcement des capacités au cours de laquelle il a été question pour les experts de l’OHADA, de doter les magistrats camerounais d’outils et d’instruments nécessaires pour mieux appliquer la loi. Ce renforcement des capacités des hommes et des femmes de lois portait sur les différents textes de l’organisation, les concepts et les thématiques actuelles qui régissent l’harmonisation en Afrique du droit des affaires.

L’on a donc pu outiller les magistrats camerounais qui travaillent dans les chambres commerciales des juridictions d’instance et d’appel du pays, ainsi que ceux du parquet qui accompagnent les juges dans leurs offices en matière commerciale sur les notions : d’arbitrage, de médiation, sur les suretés et les voies d’exécutions. « Le juge doit avoir les instruments nécessaires parce que c’est lui qui tranche les litiges », a rappelé à ce sujet, Boubacar Diarrah, le directeur des affaires juridiques, de la Communication et de la Documentation à l’OHADA.