Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
POINT DE VUE

On doit commencer à parler du bilan sous un angle culturel de développement


Alwihda Info | Par Alwihda Info - 17 Janvier 2011 modifié le 15 Janvier 2011 - 08:43

Là où le bât blesse c’est que, ces vieux hommes qui, hier ont contribué à la destruction de ce pays, continuent par s’accrocher à ce régime pour maintenir le peuple tchadien dans la misère.


On doit commencer à parler du bilan sous un angle culturel de développement

La fête du cinquantenaire pour moi est un non sens du fait de son caractère quasiment politique. ( …) L’image du cinquantenaire doit concocter toutes les photos des cinq ou six présidents qui ont marqué l’histoire (…) une fête comme celle-ci est historique et mérite une bonne organisation  avec le bilan de la république du Tchad.

 

Notamment, on doit commencer à parler du bilan sous un angle culturel de développement puis sous un angle aussi politique.

 

Je disais que les images devrait partir de Ngarta à Déby pour montrer que tous ont contribué tant bien que mal à ces 50 ans, si que d’autres sont justiciables aujourd’hui, ça fait partie du patrimoine tchadien. En ce qui concerne l’histoire politique tchadienne, depuis Ngarta lorsqu’on a amorcé la phase de transition qui a conduit le Tchad à son institution c’est-à-dire à une république, on avait commencé normalement comme tout autre bon pays africains avant de sombrer dans la guerre. Par ce que Ngarta, en voulant s’habiller d’un manteau de révolutionnaire a provoqué cette guerre entretenue par l’occident où, que l’on voit toujours l’ombre de l’occident derrière tous nos conflits finalement. Ils ont armé le nord contre le Sud…aujourd’hui, le président Déby a fait vingt ans de règne mais si on regarde de près son bilan avec l’exploitation du pétrole, on dira sans perdre le temps que le bilan est très négatif et très nul. Un pays comme le Tchad ne tient pas compte de sa jeunesse pour son développement, c’est déplorable.

 

Là où le bât blesse c’est que, ces vieux hommes qui, hier ont contribué  à la destruction de ce pays, continuent par s’accrocher  à ce régime pour maintenir le peuple tchadien dans la misère. Pour moi, ce 11 janvier doit plutôt être une journée de deuil organisée à la mémoire de ceux qui sont morts au profit des autres et aussi à cause de nos malheurs pour avoir gagné tant des milliards et les mal gérer hormis quelques monuments et édifices publics réalisés.   

 

  Pour ma part, N’Djamena ne serait jamais la vitrine des capitales africaines avec son plan architectural qui ne répond pas aux attentes d’une ville moderne.

 

   Pour développer une ville il faut inconditionnellement procéder à lutter contre l’inflation des prix de ciment pour que tout le monde participe à la construction, le prix des denrées alimentaires doit être revu pour que tout le monde puisse se prendre en charge grâce à son salaire. Prioriser enfin le secteur agricole pour un développement durable car, le pétrole n’est pas une ressource éternelle.

                

Bouba koudangbé Florent (étudiant et artiste producteur)                               




Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 14 Décembre 2017 - 23:59 Voilà pourquoi les États-Unis soutiennent Israël