Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ANALYSE

RCA : Michel Djotodia, malheur des Centrafricains


Alwihda Info | Par Simon Koitoua - 31 Décembre 2013 modifié le 31 Décembre 2013 - 12:24


Michel Djotodia, président centrafricain de la Transition. Crédit photo : AP
Michel Djotodia, président centrafricain de la Transition. Crédit photo : AP
La mise en exécution du plan diabolique et satanique des assassinats et enlèvements des intellectuels pour l’extermination de ces derniers au profil de ses sbires Djotodia rendra compte de ses actes horribles tôt ou tard à la Cours Pénale et Internationale. Ca y est avec la découverte du charnier au Camp de Roux et Camp Beal ?

Ainsi, le Centrafricain se concerte d'éventuels soulèvements populaires contre le régime sanguinaire, impopulaire et orthodoxe de Michel Djotodia en perte de vitesse sur tous les plans (sécuritaire, diplomatique, économique, sanitaire et éducatif).

La crise politico-militaire déclenchée par la seleka contre la volonté même du peuple Centrafricain qui aspire que la paix source de développement. Un ’homme politique Centrafricain avait déjà prévu que les scénarios de la nébuleuse association des escadrons de la mort seleka représente un vrai danger pour la Centrafrique et l’Afrique Centrale. C'est dans la pratique qu'on jugera l'intégrité d’un homme politique ce dernier Michel Djotodia s’est montré médiocre, incapable et incompétent sur tous les plans croyant que les centrafricains sont des dupes brillant par la démagogie.

Simon Koitoua.
Simon Koitoua.
Nous montrons la manière dont les intellectuels, hommes politiques ONG et syndicats Centrafricains ont failli à leur mission historique dont celle de demander la démission ouverte de Djotodia l’irresponsable chef de la seleka. Pourquoi ne luttent-ils pas pour l'avènement d'une démocratie en Centrafrique ? Pourquoi se sont-ils enfermés dans le mutisme total ? Comment la population la plus dynamique d'un pays, composée d'intellectuels et de jeunes, a été laminée, réduite à l'immobilisme par le pouvoir despotique du régime seleka ? Quels sont les choix des uns et des autres ? Quelle attitude morale le peuple Centrafricain doit adopter face à la tragédie génocidaire actuelle ? Devant la machine a tuée des mercenaires Tchado-Soudanais ? Ensemble demandons le départ de Michel Djotodia pour une nouvelle Centrafrique forte et capable économiquement et politiquement.

Cette analyse permet de comprendre les vagues de peur, les inquiétudes, les pseudo-hommes politiques qui ont participé de prêt ou de loin à la constitution de cette bande de voyous qui tue à tour de bras dénommé seleka. Ceux qui refusent de dénoncer et attendent que les grandes consultations nationales seront rattrapés et lynches par le peuple le moment venu. Ils doivent justifier leur proximité avec ces terroristes DAFOURIENS ET TCHADIENS qui ont détruits les Eglises, les Ecoles et les Administrations publiques et ou privées. Les musulmans Centrafricains sont nos frères et sœurs 'ils ne devront jamais collaborer avec ces criminelles. Michel Djotodia doit rendre le tablier.
Le Centrafricain n’est jamais xénophobe mais disons mille fois non à tous les étrangers implantés en Centrafrique de ne pas s’ingérer dans les affaires intérieures de notre pays, de rester dans la stricte neutralité.

Simon Koitoua



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 17 Juillet 2018 - 05:52 Réflexion sur le système sanitaire du Tchad