Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

RCA : la MINUSCA poursuit son opération de domination de zone dans l’Ouest


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 7 Avril 2022


La Force de la MINUSCA poursuit son opération conjointe de domination de zone du secteur ouest, dénommée « zia siriri ni akomande » (laissez régner la paix), initiée depuis le 1er mars 2022, a annoncé, lors d’une conférence de presse, à Bangui, le porte-parole de la Force, le lieutenant-colonel Abdoul Aziz Ouédraogo, tout en indiquant que cette opération est aujourd’hui dans sa phase 3.

« Début avril, dans la zone de Bocaranga, les bataillons tanzaniens et bangladais ont conduit une patrouille conjointe à Tao-Nzoro-Bezere, les casques bleus portugais, quant à eux, ont mené une patrouille conjointe avec UNPOL et les Forces de sécurité intérieure dans les alentours de Bocaranga, avant de se rendre avec le bataillon bangladais à Pakale, puis de dominer l’axe Letele-Ndim jusqu’à Ngoundaye, en passant par Mann », a-t-il déclaré.

Dans la zone de responsabilité de Bossangoa, les casques bleus camerounais et bangladais ont patrouillé, le 4 avril, entre Zere-Bekamoune et Benzambe. « Le même jour une mission de reconnaissance aérienne a été effectuée sur la zone Bossangoa - Bouansouma – Benzambe – Ndoumbou par deux hélicoptères armés de l’Unité d’aviation tunisienne », a précisé le lieutenant-colonel Abdoul Aziz Ouédraogo.

Par ailleurs, toujours dans le cadre de l’opération de domination de zone, les activités civilo-militaires au profit de la population ont été organisées dans le secteur ouest. «
Le contingent bangladais a conduit une campagne médicale spéciale à Bocaranga, un médecin orthopédiste et des infirmiers ont consulté et distribué des médicaments à plus de 200 patients et les casques bleus camerounais ont distribué plus de 30.000 litres d’eau à Bossangoa », affirme le porte-parole de la Force, ajoutant qu’« à Bouar, la compagnie péruvienne de génie a assuré le transport de gravas et de roches vers la prison de la ville à la demande des responsables pénitentiaires ».