Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ANALYSE

Ramadan, une aubaine pour certains, un fardeau pour d'autres


Alwihda Info | Par - 20 Juillet 2012

Cette année, le ramadan coïncide avec les vacances. Si pour certains, ce concours de circonstances représente une aubaine car ils pourront tranquillement observer le jeûne, pour d'autres, cette concomitance dérange car elle les prive de distraction, et pas que...


Vacances et ramadan ne font pas forcément bon ménage au Maroc pour certains, tout comme cette coïncidence représente une bonne occasion pour d'autres de pratiquer correctement le jeûne tout en profitant de leurs congés.
Les débits d'alcool coupés, les plages désertés, les restaurants presque tous fermés la journée sont comme un cheveu dans la soupe des vacances de ceux qui veulent s'éclater et profiter pleinement de leurs congés, tout comme c'est la cerise sur le gâteau pour les jeûneurs en quête de quiétude pieuse.
“Cela me dérange dans le sens où tu ne peux pas faire grand chose: aller à la plage, c'est compliqué et pour ceux qui veulent se détendre, il n'y a pas d'animation, tout est fermé”, explique le journaliste Zakaria.

L'idéal est ailleurs
Pour ce dernier, qui a pris une semaine de congé avant le ramadan, “l'idéal, quand on veut profiter des vacances, c'est d'aller à l'étranger. L'année dernière par exemple, j'étais parti en Turquie.”
Pour Youssef, un directeur de cabinet de conseil à Casablanca, il sera difficile d'allier ramadan et vacances parce que, soutient-il, “socialement, les gens sont frustrés. Religieusement, il y a, depuis quelques années, un durcissement de la tolérance vis-à-vis des gens qui ne jeûnent pas.”
En chef d'entreprise, il ne pouvait s'empêcher d'aborder le volet économique du ramadan au-delà de toute autre considération. Youssef se plaint que durant ce mois, il perd “80% de son chiffre d'affaires”.
Quant à Imane, une responsable administrative, elle aurait aimé être en congés pendant un autre mois que celui du ramadan. “A vrai dire, cela m’embête un peu de prendre mes congés durant le mois sacré mais je n’ai pas le choix. Heureusement, j’aurai une semaine après le mois sacré pour voyager et bien profiter de mes congés avant de reprendre le travail”, affirme-t-elle.

Voyages et jeûne
Si pour Zakaria et Youssef, la concomitance du ramadan avec les vacances est mal vécue, pour d'autres comme Mounim, infographiste, cela ne pouvait mieux tomber. Il y voit même un moyen pour bien profiter de ses congés.

Aufait