Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Réforme du Franc CFA : "La France n'a rien à cacher", assure Emmanuel Macron


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 21 Décembre 2019


Réforme du Franc CFA : "La France n'a rien à cacher", assure Emmanuel Macron. © DR
Réforme du Franc CFA : "La France n'a rien à cacher", assure Emmanuel Macron. © DR
Le président français Emmanuel Macron a détaillé samedi à Abidjan, aux côtés de son homologue Alassane Ouattara, les grandes lignes de la réforme du Franc CFA avec les pays de l'Union économique et monétaire d'Afrique de l'Ouest (UEMOA).

"La question du Franc CFA cristallise de nombreux débats et critiques. J'ai entendu les critiques, je vois les réseaux  sociaux, je lis la presse et je vois votre jeunesse qui nous reproche de continuer des relations économiques et monétaires qu'elle juge comme post-coloniales. Je n'appartiens pas à une génération qui a connu le colonialisme. Ayons le courage d'avancer. La France n'a rien à cacher, n'a aucun privilège à avoir. Elle n'a qu'à aider ses frères et soeurs à conquérir l'avenir", a déclaré Emmanuel Macron qui a parlé d'une "réforme historique majeure".

Selon lui, cette "page nouvelle de notre histoire commune met fin à des dispositifs qui n'avaient plus beaucoup de sens" et consacre "une plus grande stabilité des économies"

"J'ai souhaité accompagner la réflexion des chefs d'Etat pour la réforme du Franc CFA. Cette réforme vise à franchir ensemble une nouvelle étape. (...) C'est leur choix, leur demande, explicitement énoncée par le président Ouattara. La France le soutient, nous l'acceptons", a indiqué Macron.

"C'est la fin de certains vestiges, c'est une avancée"

La nouvelle monnaie Eco verra le jour en juillet 2020. Parmi les deux changements majeurs, il est décidé de mettre fin à la centralisation obligatoire des réserves de change en France qui représentaient 50%, en mettant fin aux comptes d'opération.

"C'était un souci, un sujet de crispation. Nous y mettons fin. La France ne siégera plus dans aucune instance gouvernante de l'Union. Je souhaite que les meilleurs experts africains puissent être nommés, que vos représentants et administrations puissent faire avancer ce sujet. Aujourd'hui, la France ajuste son positionnement pour devenir le garant financier de l'Union. Nous revisitons des accords vieux de 46 ans. Cette garantie que nous allons apporter, nous le faisons à votre demande", a expliqué le chef de l'Etat français.

L'accord est avalisé entre les ministres des finances béninois et français, marquant "une nouvelle dynamique régionale".

De l'avis de certains analystes, il ne s'agit pas d'une pleine souveraineté monétaire car la parité à taux fixe est maintenue avec la France.

Le président ivoirien Alassane Ouattara, s'est félicité de la confiance de ses pairs ouest-africains pour piloter l'avancée de cette réforme du Franc CFA. "Il nous appartenait à nous, chefs d'Etat africains de mener cette réforme. C'est une décision en toute souveraineté", a-t-il indiqué.

Répondant aux inquiétudes, Alassane Ouattara a précisé que "le taux de change fixe, certains en font une préoccupation mais je trouve que cela est une bonne chose. Ayant été gouverneur de la Banque centrale des Etats de l'Afrique, si nous n'avions pas eu la parité fixe avec l'Euro, je crois que nous serions des pays d'inflation comme beaucoup de pays dans le monde. Je vois de nombreux pays où l'inflation est de 100%. Nous n'avons pas eu cela, cela a protégé les africains."