Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
LITTERATURE

"Rêve d'ailleurs" est le roman de l'homme épousé par sa femme


Alwihda Info | Par Franck CANA - 4 Septembre 2014 modifié le 4 Septembre 2014 - 21:02


"Rêve d'ailleurs" est le roman de l'homme épousé par sa femme
Ce livre commence bien. Ndombe, qui est détenteur d'une maîtrise en économie, ne supporte plus son job de contrôleur de bus et sa « vie de chien » dans son pays, le Mawan. Il décide donc d'aller chercher le bonheur au Sufisus, un pays européen. Arrivé dans le pays de ses rêves, il demande l'asile. Surpris de voir les européens de l'Est également demander ce statut, il réalise que « le mal-être n'est pas seulement une affaire de Noirs ». Rapidement, il est sans papiers et se retrouve au pied du mur trois ans après son arrivée qui a été suivie du rejet à cinq reprises de sa demande de titre de séjour. On l'invite alors à quitter le territoire.
 
Le voyage vers un monde meilleur
 
Celui qui ne veut pas repartir au Mawan reçoit l'aide de son ami Matata qui lui file les tuyaux pour rester au Sufisus. Lui qui n'avait jamais pensé épouser un jour une femme blanche, va devoir non seulement vivre avec une européenne mais surtout se faire épouser pour obtenir un titre de séjour. « Ce que j'ai encore du mal à comprendre, c'est le fait que c'est elle qui va m'épouser ». Quelque part, ce topo l'arrange car l'homme ne supporte plus les ébats virtuels par internet et recherche désormais le contact physique. Il finit par rencontrer Blanche, une Sufisuse qui lui met la bague au doigt. C'est l'amour !
 
A travers la lecture de cette quête du bonheur on vit le mépris et l'humiliation que subissent ceux qui émigrent au Sufisus où ils sont considérés comme des « sous-cadres » venant de pays « sous-munis » pour venir profiter du système dans un pays « sur-muni ». La stigmatisation des étrangers est grande et lorsqu'ils se marient, on considère cela comme un mariage « blanc ». A contrario, Ndombe tombe réellement amoureux de celle qui l'a épousé. « Il me fallait absolument une femme qui m'aide à régulariser ma situation. Pourtant, je l'aime, Blanche, ce n'est pas juste une affaire de régularisation ».
 
L'accusé est innocenté et l'innocent est accusé
 
La partie de l’œuvre tirée de la réalité est décevante car les faits qui se sont déroulés au Mawan sont falsifiés. Huguette Nganga Massanga accuse l'ancien chef de l’état d'avoir vendu du rêve en voulant transformer le Mawan en un petit Sufisus. Mais quelle est la personne qui peut se présenter à une élection sans « faire rêver le peuple ? ». Le président d'une république européenne pour se faire élire n'a-t-il pas dit : « le changement c'est maintenant ! » ? Et Nganga Massanga oublie que l'on propose toujours ce qui n'existe pas encore chez soi en se basant sur un modèle de réussite ailleurs, soit-il modeste ou grand.
 
Elle ignore que l'on ne peut demander un bilan à un chef d'état dont l'action a été sabotée par la distribution d'armes de guerre et la déstabilisation du pays. Qui pourrait, pour une quelconque raison, installer une barricade dans la rue et avoir le soutien des Sufisus lorsque la force publique viendra l’interpeller ?
 
Derrière ce qui s'apparente à une inattention intellectuelle, l'écrivaine détaille de belle manière plusieurs contrastes. Les Mawanais obtiennent difficilement un visa pour le Sufisus dont les ressortissants n'ont aucun mal à obtenir le leur pour le Mawan. Les Mawanais font l'éloge de ceux qui les ont assujettis. Comment peuvent-ils être pauvres dans un pays ayant autant de richesses convoitées par les Européens ? Les étrangers sont mieux traités au Mawan que les nationaux. Et le pays, malgré ses richesses, manque d'électricité, d'eau potable, d’hôpitaux, d'usines, de routes...
 
Pour finir, il est vrai que « Rêves d'ailleurs » expose de manière remarquable le sens, les raisons et les difficultés de l'émigration. Toutefois, la partie relative au panégyrique du coup d'état et du non-respect de la durée du mandat constitutionnel d'un chef d'état qui fut « le premier démocratiquement élu » au Mawan a altéré la beauté initiale de cette prose.
 
Franck CANA
 
« Rêve d'ailleurs » de Huguette Nganga Massanga, roman, éditions Edilivre, 173

"Rêve d'ailleurs" est le roman de l'homme épousé par sa femme