Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Tchad : Idriss Déby cache le soleil avec ses doigts


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 7 Septembre 2018 modifié le 7 Septembre 2018 - 09:41



Idriss Déby. Alwihda Info/archives
Idriss Déby. Alwihda Info/archives
Le climat social ne va pas au pays malgré que nous sommes passés d’une République à une autre. Les services publics sont aux arrêts, paralysant ainsi le pays. Tout cela n’émeut pas le président intégral, il fait des sorties médiatiques et des descentes dans les services qui ne sont que des confessions qui ne conduisent pas au paradis.

Hier c’était les maires des arrondissements de la capitale qui ont reçu leur part, aujourd’hui ce sont les responsables de la douane. Le président de la République lors d’une rencontre télévisée avec les maires juillet dernier leur a donné un délai de 72 heures pour rendre N’Djaména propre. Cet ordre du Rais est passé comme un coup d’épée dans la mer. Car, le visage de N’Djaména n’a pas changé d’un iota. En cette période de pluie, les habitations sont devenues des bassins de rétention. Les rues ne sont pas praticables. Pire les institutions de l’Etat sont dans l’eau. Et comme si cela ne suffit pas, le président se promène encore à la douane croyant qu’il serait écouté.

Qu’est ce qu’Idriss Déby Itno a voulu faire croire aux Tchadiens lors de sa visite le 15 Aout dernier à la douane ? Certainement le président voudrait se racheter auprès de son peuple. Mais a-t-il choisi le bon moment ? pas sur, car les hôpitaux sont fermés, le système éducatif ne va pas, le panier de la ménagère n’est pas plein, les routes ne sont pas praticables, pas d’électricité, ni d’eau potable. Bref, les Tchadiens traversent le laminoir. Donc la meilleur confession que pourrait faire Idriss Déby Itno pour le moment est de revoir la condition sociale intenable dans son pays que jouer à la diversion. D’ailleurs les ministres sont là, il ne lui appartient pas de faire une descente dans les services pour constater qui travaille au pas : ce sont des supercheries.