Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
REPORTAGE

Tchad : Kari Dari, la startup qui mise sur les cosmétiques naturels


Alwihda Info | Par Djibrine Haidar - 19 Février 2020


Tchad : Kari Dari, la startup qui mise sur les cosmétiques naturels. © Djibrine Haïdar/Alwihda Info
Tchad : Kari Dari, la startup qui mise sur les cosmétiques naturels. © Djibrine Haïdar/Alwihda Info
Le marché de la cosmétique et de l'hygiène pèse plus de 200 milliards € dans le monde, soit 131 billions de Francs CFA (100.000 fois le budget du pays). Au Tchad, une entrepreneuse s'est lancée dans ce business depuis quelques années.

Madina Gombo Abderaman, ingénieur de formation, est la promotrice et directrice générale de Kari Dari, une startup qui confectionne et commercialise des produits cosmétiques 100% naturels, tels que de la pommade corporelle, la chantilly capillaire et des savons ou autres produits pour traiter les problèmes de peau et cheveux. La startup fait également du conseil et de l'orientation beauté.

Cette startup qui est partie d'une "pur passion", utilise particulièrement le beurre de karité, un ingrédient phare.

"Pour la petite histoire de Kari Dari, c'est parti d'un besoin personnel et c'est devenu une passion. J'avais moi-même eu des problèmes capillaires, j'ai beaucoup investi en achetant des produits capillaires mais sans résultats. Quand j'ai décidé de retourner au naturel, j'ai commencé à utiliser des produits locaux du terroir dont le beurre de karité. Après un certain temps, j'ai remarqué que le résultat était énorme. Les gens commençaient à me demander", explique Madina.

Tchad : Kari Dari, la startup qui mise sur les cosmétiques naturels. © Djibrine Haïdar/Alwihda Info
Tchad : Kari Dari, la startup qui mise sur les cosmétiques naturels. © Djibrine Haïdar/Alwihda Info
Des produits "adaptés aux besoins réels de la population africaine"

L'une des valeurs de Kari Dari, c'est de lutter contre l'utilisation de produits éclaircissants qui sont "vraiment dangereux pour la santé et le bien-être", reconnait la promotrice. Ainsi, la startup entend proposer des produits 100% naturels, adaptés aux besoins réels de la population africaine.

Selon Madina, depuis longtemps, "les gens utilisent des produits qui sont issus du commerce conventionnel qui ne sont pas forcément adaptés à nos types de réalités."

Évoquant un "grand mouvement de retour au naturel" qui est amorcé, elle estime que les femmes commencent à prendre conscience.

"Nous aussi nous allons mobiliser nos moyens pour sensibiliser davantage la clientèle sur le retour vers le naturel. Déjà, sur notre page Facebook, nous faisons de temps en temps des publications qui donnent des conseils sur l'utilité et la nécessité d'utiliser des produits naturels qui sont bien pour la santé", souligne Madina.

Tchad : Kari Dari, la startup qui mise sur les cosmétiques naturels. © Djibrine Haïdar/Alwihda Info
Tchad : Kari Dari, la startup qui mise sur les cosmétiques naturels. © Djibrine Haïdar/Alwihda Info
Des difficultés sur le chemin entrepreneurial

Si la startup bataille seule pour s'imposer depuis sa création, elle a reçu un prix lors de la compétition Kelou Digital Challenge. De quoi encourager ses débuts qui se sont faits sur fonds propres.

Mais des difficultés, il y en a sur le chemin de l'entrepreneuriat. Madina n'est pas épargnée. "Certaines de nos matières premières sont importées de l'étranger, ce qui fait que les coûts (frais de livraisons et autres coûts liés) impactent sur les couts de production et ne rendent pas vraiment les produits accessibles", précise-t-elle.

Tchad : Kari Dari, la startup qui mise sur les cosmétiques naturels. © Djibrine Haïdar/Alwihda Info
Tchad : Kari Dari, la startup qui mise sur les cosmétiques naturels. © Djibrine Haïdar/Alwihda Info
L'autre difficulté est liée à l'exportation. Pour les clients à l'étranger, il faut utiliser le transport aérien qui a un coût énorme pour l'acheteur qui doit payer les frais de livraison.

Ces obstacles ne semblent pas freiner la société qui réfléchit à l'industrialisation de sa production. "Actuellement nous utilisons des outils qui ne sont pas assez développés et face à la demande, -car Kari Dari ne vend pas seulement sur le marché national, mais sur le marché africain et international-, nous devons vraiment passer à l'étape industrielle afin de satisfaire la demande qui se fait de plus en plus croissante", admet la directrice de Kari Dari.

Tchad : Kari Dari, la startup qui mise sur les cosmétiques naturels. © Djibrine Haïdar/Alwihda Info
Tchad : Kari Dari, la startup qui mise sur les cosmétiques naturels. © Djibrine Haïdar/Alwihda Info
Des produits commercialisés grâce à un réseau de distribution

Grâce au soutien de sa famille, Madina poursuit ses efforts. Elle se dit motivée par la confiance de la clientèle qui accueille avec satisfaction les nouveaux produits de Kari Dari. "Les clients nous font vraiment confiance et ils commencent vraiment à utiliser nos produits", se félicite-t-elle.

A la jeunesse et surtout aux femmes, Madina conseille de ne pas seulement se tourner vers la fonction publique. "Si vous avez des idées qui peuvent vraiment résoudre des problèmes réels de la société, il faut se lancer. Il ne faut pas toujours attendre la fonction publique ou le Gouvernement. Il faut être vraiment courageux, déterminé et surtout avoir de la patience pour réussir car l'entrepreneuriat ce n’est pas quelque chose de facile, vous aurez des hauts et des bas. Soyez toujours déterminés et ayez de la patience et vous allez réussir", dit-elle.

Les produits de Kari Dari sont vendus à N'Djamena grâce à un réseau de distribution et sont disponibles dans plusieurs alimentations ou pharmacies. Des livraisons à domicile sont réalisées, tandis que la startup entend s'étendre aux provinces progressivement.

Le marché global des produits cosmétiques (Chiffres de 2017). © DR
Le marché global des produits cosmétiques (Chiffres de 2017). © DR