Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ACTUALITES

Tchad: Lancement de construction de 15.000 logements sociaux


Alwihda Info | Par Par journaldutchad - 16 Juin 2014 modifié le 16 Juin 2014 - 13:10

Lancées par le président tchadien Idriss Dédy Itno, le projet d’un coût supérieur à 300 millions d'euros, est financé entièrement par le Royaume du Maroc


La coopération et l'amitié maroco-tchadienne ont été à célébrées, vendredi à N'Djamena, à l'occasion du lancement de projets d'habitat social et d'une cimenterie, des initiatives qui visent l'accompagnement du développement socio-économique du Tchad et qui s'inscrivent dans le cadre de la mise en œuvre des conclusions de la 1ère session de la Commission mixte de coopération maroco-tchadienne, tenue à Rabat les 11 et 12 avril dernier. Concernant ce projet d'habitat social, il sera réalisé sur quatre grands sites de N'Djamena, et contribuera à la résorption du déficit en logements dans la capitale N'djamena, a souligné, Anas Sefrioui, le président du Groupe marocain Addoha qui réalisera les projets. Il a ajouté que le projet bâti sur une superficie de 50 hectares coûtera de plus de 300 millions d'euros. Pour lui, le projet d'habitat social est à même de renforcer l'offre immobilier de la capitale et traduit concrètement la fraternité entre les deux pays. «Ces projets immobiliers sont les fruits d'une coopération sud- sud entre le Tchad et le Maroc », a quant à lui déclaré le chef de l'Etat tchadien, précisant qu'ils assureront la création de plus 5.000 emplois et permettront de résoudre le déficit de logement au Tchad.

Les ministres tchadiens de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Mackaye Hassane Taisso, et celui de l'Aménagement du territoire, de l'Urbanisme et de l'Habitat, Gata Ngoulou, ainsi que le maire de N'Djamena ont tenu, de leur côté, à saluer l'amitié maroco-tchadienne, se félicitant de l'action de S.M. le Roi Mohammed VI et du Président Deby Itno pour la consolidation de la coopération entre les deux pays dans les différents domaines. Le ministre de l'Aménagement du Territoire, de l'Urbanisme et de l'Habitat, Gata Ngoulou, a, particulièrement, rendu hommage à S.M. le Roi pour la politique panafricaine et Sud-Sud du Maroc. Ont assisté à la cérémonie de lancement de ces deux projets le Premier ministre tchadien et les membres de son gouvernement, ainsi que les chefs des Missions diplomatiques et consulaires et des représentants d'Organisations internationales au Tchad.
 
Ndjamena, l’une des capitales les plus chères au monde
Au Tchad, le rythme d'urbanisation a dépassé tous les pronostics. A l'échelle nationale, la population urbaine est passée de moins de 10% de la population totale en 1960 à 30% de 2010. Cette situation est encore plus accentuée pour la capitale dont la démographie s'est accrue par 14 en 40 ans, soit de 84.000 habitants en 1960 à près de 1,2 million en 2010. Ces dernières années, le gouvernement tchadien a réalisé des efforts dans le cadre des programmes de logement. Un Projet de développement urbain et d'amélioration de l'habitat (DURAH) a été mis en place avec l'aide du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD).
 
Il vise la construction de 12.000 logements et l'amélioration de l'habitat. L'on a commencé par les logements sur un site dénommé la Patte d'oie, à la sortie nord de la capitale tchadienne. Malheureusement, seuls 70 logements y sont construits à ce jour. Après l'échec du projet DURAH, la Société de promotion foncière et immobilière (SOPROFIM) a été créée en 2009, avec pour mission de faire un programme de logements sociaux, de viabilisation des quartiers en vue de permettre aux populations d'avoir accès aux logements décents.
Avec l'expertise et un financement additionnel de Shelter Afrique, leader dans le financement du secteur de logements en Afrique, le Tchad entend viabiliser 50 hectares à Toukra, à la sortie sud de la capitale, pour y construire une centaine de logements sociaux. Les travaux de ce projet devront commencer cette année. Dans les années à venir, le Tchad promet viabiliser entre 3.000 et 5. 000 parcelles et y construire 500 logements sociaux par an.