Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
CULTURE

Tchad : "Massoud", le nouveau film captivant d'Emmanuel Rotoubam Mbaide


Alwihda Info | Par Abakar Adoum N'gaye - 22 Février 2022

Le nouveau film a été projeté ce 22 février à l'Institut Français du Tchad (IFT) à N'Djamena. "Massoud" est un film de fiction, long métrage, qui présente un jeune étudiant musulman pratiquant, ouvert sur le monde et guide touristique à ses heures perdues.


Tchad : "Massoud", le nouveau film captivant d'Emmanuel Rotoubam Mbaide
Le jeune a pour idole le commandant afghan "Ahmed Chah Massoud" qu'il ne cesse de copier. Poussé par les injustices auxquelles il assiste et par des recruteurs sans scrupules, "Massoud" se radicalise et finit par rejoindre le camp des djihadistes. Abdoulaye, sous couvert de l'islamisme, entretien divers trafics par l'entremise de Pascal, un aventurier blanc, ex-légionnaire, ex-membre des services spéciaux qui a été en mission dans de nombreux villages du pays.

Abdoulaye enlève Flora, une jeune journaliste qui enquêtait sur la situation sécuritaire dans la région. Or, Massoud a une relation ambiguë avec cette dernière. Il la côtoie dans le camp sans qu'elle puisse le reconnaître parce qu'elle est encagoulée. Pascal découvre que Flora est sa propre fille naturelle qu'il a eu au cours de ses missions, il y a une vingtaine d'années.

Dans ce chao tumultueux, Abdoulaye, en représailles, décide de faire un attentat contre la mosquée du village Barkaye. L'imam pratique un Islam tolérant, respectueux de la vie et s'oppose de toute sa volonté aux actions de djihadistes. Abdoulaye confie cette mission à Massoud. Il se trouve que Barkaye, l'imam, est le propre père de Massoud.

Pour le réalisateur, Emmanuel Rotoubam Mbaide, le film "Massoud" est né dans le but de sensibiliser le public tchadien et particulièrement le public N'Djamenois, qui est en proie à ces fléaux gravissimes à l'instar des autres villes, afin d'obtenir une large éveil des consciences de toutes les populations mais aussi des jeunes en particulier, sur le phénomène de la radicalisation.

Emmanuel Rotoubam explique que le ton de ce film se veut tragique, entre drame et thriller. En ce siècle mouvementé, il lui paraît légitime de se questionner sur certaines déviances. Le réalisateur affirme qu'il n'y a aucune justification crédible à cette déviance. Il souligne que ces conflits prennent leurs sources dans la misère et l'inculture.

Le film met en conflit Massoud et son propre père au nom d'une doctrine meurtrière. "C'est un moyen de ramener le commun des mortels à la cellule familiale", indique Emmanuel Rotoubam.

Le film est l'œuvre de l'association SEMFILMS et SAÏ PRODUCTION, en collaboration avec l'Union européenne à travers le projet "Jeune ambassadeur".

Emmanuel Rotoubam Mbaide est un réalisateur tchadien vivant au Burkina Faso. Passionné du théâtre depuis son jeune âge, son amour pour le cinéma le conduira à intégrer la première promotion de l'IRIS devenu ISI. Il obtient un brevet supérieur en cinéma et audiovisuel en 2007, puis un diplôme d'ingénierie de travaux cinématographique et audiovisuels option réalisation en 2009.



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 31 Décembre 2021 - 07:48 Tchad : le Chari-Baguirmi à l'honneur au Festival Dary