Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ACTUALITES

Tchad : Soupçon et enquête sur un trafic d'armes avec le gouvernement tchadien


Alwihda Info | Par Djamil @ - 6 Décembre 2008

A la suite d'une plainte du ministère du Budget, déposée l'été dernier, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire sur des ventes illégales présumées de matériel militaire à destination du gouvernement tchadien, en proie à des attaques de mouvement rebelles.


Tchad : Soupçon et enquête sur un trafic d'armes avec le gouvernement tchadien
A la suite d'une plainte du ministère du Budget, déposée l'été dernier, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire sur des ventes illégales présumées de matériel militaire à destination du gouvernement tchadien, en proie à des attaques de mouvement rebelles.

Un service de police parisien épluche depuis deux mois des transactions financières effectués par Griffon Aerospace, une société sise à Colombes (Hauts-de-Seine), spécialisée dans le négoce de matériel d'aviation, dans le conseil militaire et dans la formation de pilotes.

Exportation d'armes soumise à autorisation en France

Selon une sorce porche de l'enquête, cette entreprise airait acheté en 2007 d'anciens avions de guerre démilitarisés auprès d'une société américaine.

Ces aéronefs auraient été réassemblés (installation de radars et d'armements) en Israël avant d'être vendus au Tchad. Griffon Aerospace a obtenu l'année dernière un marché juteux avec le gouvernement de ce pays, estimé à 10 millions d'euros, comprenent la vente de pièces aéronautiques, le renouvellement et l'entretien de la flotte tchadienne ainsi que la mise à dispotition de personnel pour la formation de pilotes.

Cette société aurait acheté son matériel auprès de différents fournisseurs internationaux. La justice française doit déterminer si ces pièces ont été réassemblées dans des pays à la législation plus souple en martière de vente d'armement.

En France, les exportations d'armes sont prohibées, sauf autorisations gouvernementales. En avril 2007, Griffon Aerospace avait sollicité une autorisation du commerce de matériel de guerre auprès du ministère de la Défense. En Juillet 2008, d'après le ministère de la Defense, cette demande avait été refusée.

Dans cette affaire, Griffon Aerospace se présente comme un simple courtier de pièces aéronautiques ignorant l'usage qui a pu être fait de ce matériel dans un autre pays. Elle a toutefois envoyé des pilotes au Tchad pour former des militaires à l'usage de vieux avions de guerre.

Le président de Griffon Aerospace, en déplacement à l'étranger, était injoignable hier.

François Vignolle, Aujord'hui en France  - © Alwihda



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 13 Octobre 2021 - 00:18 Comment acheter des cryptomonnaies ?