Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Tchad : à Mandélia, 65.000 litres de lait vont être produits chaque jour


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 11 Août 2019 modifié le 11 Août 2019 - 07:17



Tchad : à Mandélia, 65.000 litres de lait vont être produits chaque jour. DR/Pr
Tchad : à Mandélia, 65.000 litres de lait vont être produits chaque jour. DR/Pr
A Mandélia, dans le département du Chari-Baguirmi, localité située à une cinquantaine de kilomètres de N'Djamena, le futur complexe industriel va produire initialement 50.000 litres de lait par jour, avant de s'étendre progressivement à 65.000 litres de lait par jour, sa capacité maximale.

Sur le terrain, les travaux avancent, a constaté cette semaine, lors d'une visite, le ministre d'Etat, ministre secrétaire général à la Présidence de la République, Kalzeubet Pahimi Deubet.

"Nous constatons qu'il y a quand même des avancées. Il y a certaines choses qui sont achevées à 100% comme le système d'aduction d'eau avec les tuyauteries et toutes les installations. C'est du concret", a-t-il indiqué.

"Maintenant, il y a le centre nerveux de ce projet, c'est le centre de transformation et de refroidissement. Certains matériaux sont au niveau de Douala. Nous demandons à ce que cela soit acheminé le plus tôt possible", a relevé le ministre d'Etat.

L'infrastructure comporte une ferme composée de 150 hectares de champs de fourrages, d’un centre d’alimentation des vaches et d’une usine de transformation de lait. Le complexe industriel laitier comprend sept centres de collecte, installés autour de Mandelia. Il est implanté sur une superficie de 500 hectares.

Un vaste espace où poussent des jeunes plans a été aménagé. Le site comprend également un enclos des vaches rétrocédées par la ferme présidentielle, des étables en construction dont deux d’entre elles sont destinées aux vaches et une autre aux veaux, et un système d’irrigation des champs de fourrages équipé d’une station de pompage et d’un pivot. 

Construit par la société israélienne Mori Investments, Le projet est en partie financé par la Banque de Développement des Etats de l'Afrique Centrale.