Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
REPORTAGE

Tchad : enlèvements contre rançon, des récits qui font froid dans le dos


Alwihda Info | Par Golmen Ali - 13 Janvier 2020


Au Sud du Tchad, des panneaux indiquent les directions du Cameroun et de Laramanaye. Crédits : Golmen Ali/Alwihda Info
Au Sud du Tchad, des panneaux indiquent les directions du Cameroun et de Laramanaye. Crédits : Golmen Ali/Alwihda Info
Les enlèvements contre rançon persistent à Koutéré, localité située dans la sous-préfecture de Laramanaye, province du Logone Oriental. Située à 110 km de Moundou -chef-lieu de la province du Logone Occidental-, les habitants de Koutéré, cette ville frontière avec le Cameroun vivent dans la peur quotidienne, malgré la présence des forces de l'ordre aux postes frontières.

Dès la tombée de la nuit, chacun s'enferme chez lui de peur d'être kidnappé. Tout devient calme comme dans une ville fantôme. Un habitant nous conseille de n'ouvrir à personne dans la nuit. Même pour se soulager, il faut avoir un pot dans sa chambre.

Il y moins d'un mois, un taximan de la localité a été abattu par des inconnus chez lui, en présence de sa femme.

Jonas lui, est un ancien otage, la trentaine, visage arrondi, teint noir. Ce jeune homme a été enlevé il y a un mois dans son champs, dans un village du Cameron voisin, par des hommes armés. Il a été conduit par ses ravisseurs dans une forêt en territoire tchadien. 

C'est à Bogdibo, village Camerounais faisant frontière au Tchad que nous l'avons rencontré. Discret, regard fuyant comme un fugitif, ce jeune tchadien né au Cameroun a accepté après plusieurs heures de négociations de nous raconter les circonstances de son enlèvement. Il nous conduit discrètement derrière une maison dissimulée derrière des hautes herbes loin des regards.

"Il ne faut faire confiance à personne car ils sont partout", nous confie-t-il.

Il pose ses conditions. "Pas de photos ni d'enregistrement sonore". Alors il raconte.

"Il était midi environ. J'étais dans mon champs quand quatre hommes armés de kalachnikov m'ont invité à les suivre. Sans résister, je les ai suivi. Il y avait deux autres otages avec eux. Nos ravisseurs portaient des tenues militaires avec des bérets rouges comme celui des militaires tchadiens. Ils parlaient l'arabe tchadien", explique Jonas.

"Nous avons marché jusqu'à tard dans la nuit et sommes arrivés dans leur camp situé en plein coeur d'une forêt. Là, il y avait trois autres brigands habillés comme nos kidnappeurs, mais eux portaient des pistolets au lieu des kalachnikov", poursuit l'ex-otage.

"Sur un lit pico était assis leur chef. C'est un homme élancé de teint noir qui donnait des instructions en arabe. On nous a enchaîné côte à côte tous les trois. Nous sommes restés au centre du camp jusqu'au lever du jour. Le matin, nos ravisseurs nous ont demandé les contacts de nos familles respectives. Ils ont appelé nos familles pour leur annoncer que nous étions leurs otages et qu'il fallait payer pour notre libération", explique Jonas.

Tchad : enlèvements contre rançon, des récits qui font froid dans le dos. Crédits : Golmen Ali/Alwihda Info
Tchad : enlèvements contre rançon, des récits qui font froid dans le dos. Crédits : Golmen Ali/Alwihda Info
À chaque famille, les ravisseurs ont exigé la somme de 3 millions de francs CFA. C'est ainsi qu'a débuté une négociation qui a duré près d'un mois.

"Seul l'un de nous parmi les otages était désigné pour échanger avec nos familles pour leur donner de nos nouvelles. J'ignore combien nos familles ont payé ni dans quelle condition. Un matin, les éléments ont demandé à leur chef s'ils pouvaient nous libérer. Le chef s'y opposa et leur demanda d'attendre. Ces derniers ne trouvaient aucune raison de nous garder puisque les rançons étaient versées", selon Jonas.

Les ravisseurs insistèrent auprès de leur chef. Finalement, c'est vers 14h que trois des ravisseurs ont conduit les otages à 2 heures de marche puis ont montré le chemin.

"Nous avons marché quatre heures encore. Épuisés, nous avons passé la nuit sous un arbre en pleine brousse. Nous avons repris la marche au lever du jour. Nous avons marché toute la journée et c'est à la tombée de la nuit que nous avons rejoint un petit village. Nous y avons passé la nuit. Épuisés par la marche, nous avons dormi jusqu'à 10 heures du matin avant de reprendre la route pour arriver plusieurs heures après à Koutéré, avant de regagner nos familles", révèle le jeune homme.

Aujourd'hui, le jeune Jonas dit ne pas avoir envie de traverser la frontière jusqu'au Tchad de peur d'être kidnappé à nouveau.

Tchad : enlèvements contre rançon, des récits qui font froid dans le dos. Crédits : Golmen Ali/Alwihda Info
Tchad : enlèvements contre rançon, des récits qui font froid dans le dos. Crédits : Golmen Ali/Alwihda Info