Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ACTUALITES

Tchad: enlèvements, peur et censure des opposants après la guerre


Alwihda Info | Par - Җ€BIЯ - - 19 Février 2008

Le gouvernement tchadien promet 300.000 FCFA (450 euros) à ceux qui dénonceront "les mercenaires (rebelles) cachés ou leurs complices". Seize jours après leur enlèvement par la Garde présidentielle, selon leur entourage, le sort d'Ibni Oumar Mahamat Saleh, porte-parole de la principale coalition de l'opposition, et du député fédéraliste Ngarlejy Yorongar, un des principaux opposants, reste inconnu et inquiète de plus en plus. "Aucun parent, aucun médecin et aucun conseil n'ont réussi à les rencontrer ou avoir de leurs nouvelles", ont écrit mardi leurs avocats au ministre de l'Intérieur, Ahmat Mahamat Bachir.


Tchad: enlèvements, peur et censure des opposants après la guerre
N'DJAMENA (AFP) — Chefs de l'opposition enlevés, journaux censurés par l'état d'urgence, militants des droits de l'homme en exil ou cachés, le pouvoir tchadien frappe fort après l'échec de l'attaque rebelle.

Seize jours après leur enlèvement par la Garde présidentielle, selon leur entourage, le sort d'Ibni Oumar Mahamat Saleh, porte-parole de la principale coalition de l'opposition, et du député fédéraliste Ngarlejy Yorongar, un des principaux opposants, reste inconnu et inquiète de plus en plus.

"Aucun parent, aucun médecin et aucun conseil n'ont réussi à les rencontrer ou avoir de leurs nouvelles", ont écrit mardi leurs avocats au ministre de l'Intérieur, Ahmat Mahamat Bachir.

"Profondément inquiets de leur sort", ils demandent "à les rencontrer sans délai afin de rassurer les familles et leurs proches".

L'autre opposant arrêté à la fin de la bataille de N'Djamena, l'ancien chef d'Etat Lol Mahamat Choua est signalé vivant mais très affaibli. L'ambassadeur de France et le Comité international de la Croix rouge (CICR) lui ont rendu visite vendredi, aucune nouvelle n'a filtré depuis.

L'Union européenne a demandé lundi au président tchadien Idriss Deby Itno de libérer "immédiatement" ces trois opposants.

L'état d'urgence décrété le 15 février permet notamment les perquisitions à domicile et soumet la presse à la censure.

Effet immédiat, trois journaux privés (Le Temps, L'Observateur et N'Djamena Hebdo) ont décidé "de cesser toute publication durant la période de l'état d'urgence".

L'autre titre privé, Notre temps, est interdit depuis décembre 2007.

"Le contexte ne nous permet pas d'exercer notre profession. Economiquement ce n'est pas viable et ça nous expose sur le plan sécuritaire", a expliqué à l'AFP le rédacteur en chef de N'Djamena Hebdo, Jean-Claude Nekim.

L'insécurité est un leitmotiv parmi les journalistes et les militants des droits de l'homme, broyés par la logique de guerre entre pouvoir et rébellion.

La plupart des militants sont en fuite à l'étranger ou se cachent, selon plusieurs témoignages.

Ainsi, Jacqueline Modeina, avocate et présidente de l'Association tchadienne pour la promotion des droits de l'Homme, et Delphine Djiraibé, présidente du Comité de suivi de l'Appel à la paix et à la réconciliation, ont quitté le pays.

Il en est de même des représentants de Reporters sans frontières et de Droits de l'Homme sans frontières.

"Il y a un vrai climat de chasse aux sorcières. Tout le monde est parti, toute la société civile, alors que nous n'avons jamais défendu la lutte armée, nous avons toujours prôné le dialogue", dit à l'AFP l'un d'eux, sous couvert de l'anonymat, qui a fui.

Quand ils restent, les militants sont harcelés.

"Dimanche, j'ai reçu des menaces et des provocations inutiles toute la journée. Des gens m'ont suivi partout à Moundou (sud), jusqu'à ma maison, pour me dire qu'ils allaient m'arrêter dans la soirée", témoigne Dobian Assingar, représentant de la Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH) en Afrique centrale.

Ce climat d'insécurité touche aussi les habitants des quartiers populaires de N'Djamena.

"Des inconnus étaient chez nous à la maison avant hier (...). Les cas d'assassinats dans les quartiers nord sont très inquiétants. Les toro-boros (rebelles soudanais qui ont aidé Idriss Deby contre les rebelles) règnent en maîtres. Dans les quartiers sud on enregistre chaque jour des viols", affirme une habitante, sous couvert d'anonymat.

"Je suis abattue, très abattue du fait que tous nos efforts pour la défense des droits humains sont tombés à l'eau", poursuit-elle.

A cette insécurité, s'est ajouté un appel du gouvernement à la radio qui promet 300.000 FCFA (450 euros) à ceux qui dénonceront "les mercenaires (rebelles) cachés ou leurs complices".