Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
MEDIAS

Tchad : la protection et la sécurité des journalistes en période de crise, un défi pour l'UJT


Alwihda Info | Par Ali Moussa - 8 Novembre 2020


Tchad : la protection et la sécurité des journalistes en période de crise, un défi pour l'UJT. © Ali Moussa/Alwihda Info
Tchad : la protection et la sécurité des journalistes en période de crise, un défi pour l'UJT. © Ali Moussa/Alwihda Info
L'Union des journalistes tchadiens (UJT) a organisé samedi une journée de réflexion sur la protection et la sécurité des journalistes en période de crise, à l'occasion de la Journée internationale de la fin de l'impunité des crimes commis contre les journalistes.

Selon le Président de l'UJT, Abbas Mahamoud Tahir, avec l'éclatement de la crise de covid19, les journalistes tchadiens ont été victimes de nombreux harcèlements tels que des passages à tabac et des emprisonnements. Face à cela, l'UJT a publié de nombreux communiqués de presse dans lesquels elle condamne fermement les pratiques arbitraires auxquelles les journalistes tchadiens ont été soumis sur toute l'étendue du territoire. 

Le directeur général de ministère de la Communication, Doubaye Kleomoun, affirme que "les journalistes dans l'exercice de leur métier font l'objet des divers types d'agressions, d'attaques, menaces, harcèlements et intimidations voire des meurtres qui constituent un obstacle majeur à l'éclosion de la presse libre et indépendante". Il salue l'engagement et l'effort inlassable de l'UJT et de ses partenaires visant à renforcer la professionnalisation de la presse tchadienne.

Tchad : la protection et la sécurité des journalistes en période de crise, un défi pour l'UJT. © Ali Moussa/Alwihda Info
Tchad : la protection et la sécurité des journalistes en période de crise, un défi pour l'UJT. © Ali Moussa/Alwihda Info
Plusieurs recommandations ont été adoptées par les participants dans cet atelier de réflexion. Les participants recommandent au gouvernement de :
1- protéger et assurer la sécurité des journalistes dans leur métier ;
2- mettre fin aux harcèlements et à l'intimidation des professionnels des médias ;
3- faire toute la lumière sur la disparition de du confrère Noubadoum Sotinan depuis 6 ans à Douala au Cameroun au cours d'une mission ;
4- appliquer strictement l'article 49 de la loi 31 relatif au libre accès aux sources d'informations ;
5- faire aboutir les dossiers judiciaires des journalistes victimes de crimes et de torture ;
6- sensibiliser les forces de défense et de sécurité à la connaissance et au respect de l'exercice du métier de journaliste;
7- commémorer la journée du 2 novembre marquant la fin de l'impunité de crimes commis contre les journalistes ;
8- associer les organisations professionnelles des médias dans tout processus de relecture des lois sur la communication.

Ils recommandent à l'UJT de :
1- sensibiliser et mobiliser davantage les professionnels des médias sur la gravité de la question de l'impunité des crimes contre les journalistes et la nécessité de se mettre ensemble pour exiger plus de sécurité ;
2- vulgariser le guide sur la sécurité des journalistes en vue de mettre fin à l'impunité et aux crimes contre les journalistes ;
3- promouvoir l'esprit de confraternité conformément au Code d'éthique et de déontologie.

Et à l'UNESCO d'accompagner les autorités tchadiennes à prendre des mesures précises pour combattre la culture de l'impunité.

"Toutes les recommandations issues de cette journée nous serviront de support dans nos plaidoyer en vue de créer les conditions sécuritaires et juridiques favorables à l'exercice du métier du journaliste tchadien", rassure Abbas Mahamoud Tahir.