Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
Revue de Presse

Tchad : la revue de presse de la semaine du 6 au 12 septembre 2021


Alwihda Info | Par Tchonchimbo Ouapi Raphaël - Yana Abdoulaye - 12 Septembre 2021


La crise au sein de la Ligue tchadienne de droit de l'Homme (LTDH), la nomination de Dobiang Assingar au Comité d'organisation du dialogue national inclusif (CODNI), le processus de mise en place du Conseil national de transition (CNT) et la crise à Esso-Tchad sont entre autres les sujets traités par les journaux de la semaine.


Tchad : la revue de presse de la semaine du 6 au 12 septembre 2021
"Attention au naufrage !", s'exclame à sa Une l'Observateur". Alors que le président de la LTDH, Me Max Loalngar, a été suspendu par le Conseil d'orientation et de contrôle (COC) lors d'une session organisée in extremis le 23 août dernier sans le respect du principe phare qui est celui de la contradiction et du non respect des textes régissant cette organisation, le président d'honneur de la LTDH, Dobian Assingar, tient le gilet de sauvetage pour se retrouver dans le CODNI. Me Max Loalngar ne reconnaît pas avoir désigné M. Dobiang pour siéger au sein dudit comité. Il persiste et signe en affirmant qu'il est et reste le président de la LTDH. "La lutte est désormais ouverte au sein même du même camp. Vu ces comportements qui mettent à mal la lutte commune, que deviendra Wakit Tamma dans les jours à venir ?", analyse l'observateur. "L'on tente de jeter le bébé que je suis, avec l'eau du bain", a déclaré Me Loalngar.

"La LTDH mise à rude épreuve", titre à sa Une N'Djamena Hebdo. "Dans la crise qui prévaut à la LTDH, quelques membres de son COC trouvent mieux et comme solution, d'écarter son président légitime. Lui, ne pense pas qu'un collège des conseillers puisse le destituer de son poste car les textes de la Ligue ne le leur permettent pas", explique N'Djamena Hebdo. "Le président Me Max Loalngar mis en minorité", ajoute Abba Garde. Le président de la LTDH, Me Max Loalngar est suspendu le 23 août dernier par le COC, conformément aux dispositions de l'article 14 des statuts de l'organisation. "Tout est parti d'une réunion convoquée le jeudi 10 août 2021 par le président Me Max Loalngar. En présence de quelques membres du COC et des anciens présidents Dobiang Assingar, Massalbaye Tenebaye et Midaye Guerimbaye, le président a présenté au coordinateur Badal Oyamata une lettre de mise à pied conservatoire de huit jours. Il reproche au coordinateur la cession des biens de la LTDH sans informer la hiérarchie des détails. En outre, il lui reproche le non renouvellement du contrat à durée déterminée de la secrétaire au motif du manque de ressources. Le refus du coordinateur de décharger ladite lettre a provoqué l'ire du président, créant un climat désagréable dans la salle", rapporte Abba Garde.

"Comité d'organisation du dialogue national inclusif, le gilet de sauvetage de Dobiang Assingar ?", s'interroge l'Observateur."La nomination du président d'honneur de la LTDH, Dobiang Assingar, au CODNI fait des remous dans le milieu des défenseurs des droits de l'Homme au Tchad. Qu'est ce qui a poussé ce défenseurs des droits de l'Homme à accepter cette offre ? Est-ce un coup prémédité de la part de Dobiang Assingar, à la lumière des derniers événements et tensions au sein de la LTDH ? Le peuple est enfin représenté", s'exclame Abba Garde. "L'entrée du président d'honneur de la LTDH et représentant de la Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH) auprès de l'Afrique centrale, au sein du comité d'organisation du dialogue national inclusif (CODNI), rassure une bonne partie de l'opinion. Une minorité, constituée d'aigris et de personnes en mal de popularité, crie gratuitement à la trahison", soutient l'hebdomadaire Abba Garde.

"Candidature au CNT, le temps des manœuvres intéressées", titre à sa Une La Voix." Impatiemment attendue et parallèlement contestée par une frange partie de l'opposition et de la société civile, la mise en place du CNT dessine peu à peu ses contours. Le comité ad-hoc de sélection de candidatures appelle les tchadiens à candidater. Mais déjà, les grosses manœuvres intéressées commencent dans les QG des formations politiques tous bords confondus", explique La Voix.

"Les employés d'Esso dans l'incertitude", s'exclame N'Djamena Hebdo. "Les négociations en cours entre Esso-Tchad et son personnel sont sans issue. Rien ne filtre, sauf le premier point des revendications sur les six, relatif au paiement intégral des contributions épargne-retraite qui est le remboursement du plan d'épargne-retraite, accepté par Esso", rapporte N'Djamena Hebdo. Bras de fer entre Esso-Tchad et son personnel, "l'État tchadien risque de perdre plusieurs milliards", trouve Abba Garde. "Alors que la tension des travailleurs du consortium Esso-Tchad n'a pas baissé d'un ton depuis l'annonce de l'achat des actifs ExxonMobil Tchad et Cameroun, la direction générale de cette société fait une acrobatie en proposant à chacun d'eux 1000 dollars américains soit 650.000 FCFA", relève Abba Garde.



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 31 Mai 2019 - 15:48 Tchad : un mois de mai bien sombre


Pour toute information, contactez-nous au : +(235) 99267667 ; 62883277 ; 66267667 (Bureau N'Djamena)