Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
Revue de Presse

Tchad : la revue de presse du 7 au 13 février 2022


Alwihda Info | Par Tchonchimbo Ouapi Raphaël - Yana Abdoulaye - 13 Février 2022


La tenue du dialogue national inclusif, la gestion de la manifestation de colère d’Abeché, la rencontre entre Wakit Tamma et le président du Conseil militaire de transition sont les sujets traités par les journaux de la semaine.


« Entre doute et certitude », titre à sa une Le Temps. Le report du dialogue national inclusif met la classe la politique en effervescence. Les uns égrènent déjà le chapelet du scepticisme. Les autres croient fermement à sa tenue même s’il est reporté. Car, disent-ils, la tenue de ce dialogue est une condition sinon qua none pour la refondation de l’État et la mise en place d’une société nouvelle », résume Le Temps.

« Et si le dialogue national inclusif échouait », titre à sa une Le Citoyen. Dans les colonnes de ce journal, Avocksoumna Atchenemou Djona, président national de Les Démocrates, indique que « Le temps n’est plus à la parole mais celui de l’action », trouve-il. « L’organisation du dialogue national inclusif apparaît aujourd’hui comme une substance qui baume les cœurs meurtris des tchadiens après plusieurs décennies d’expériences politiques contre-productives. Les autorités de la transition ont compris cette importance pour pouvoir l’inscrire dans leurs offres politiques aux tchadiens. Mais tel que c’est parti, il n’est pas exclut que les fruits ne répondent pas exactement aux promesses des fleurs », déclare-t-il.

« Ce dialogue est attendu de tous les tchadiens, du moins les patriotes. Ceux-là qui vont le faire échouer, ce sont les mêmes personnes qui ont procédé ou collaboré dans la gouvernance publique pour que la situation du Tchad soit ce qu’elle est actuellement. Ils ont profité du système depuis 40 ans. Ils ont toujours voulu que le Tchad soit le dernier sur tous les plans », observe dans les colonnes du Citoyen le président national des Démocrates, Avocksoumna Atchenemou Djona.

« Vont-ils s’entendre ? », s’interroge Le Pays. Par rapport à la participation des politico-militaires au dialogue national inclusif, le journal indique que, dès le 15 février, les représentants des politico-militaires seront regroupés à Doba au Qatar dans la perspective du pré-dialogue qui démarrera le 27 février. Mais déjà, on signale des manœuvres de certains groupes pour écarter d’autres. Si les hôtes du dialogue national inclusif tombent dans ce piège, c’est la suite du processus de réconciliation qui prendra un coup », analyse Le Pays.

« Le leader du FPL sera-t-il compris par la base ? », s’interroge l’hebdomadaire Abba Garde. Takilal Ndolassem, leader du front populaire de libération (FPL), a déjà désigné ses représentants au pré-dialogue de Doha au Qatar mais ses bases du Sud-Soudan, de la République centrafricaine ainsi que celles dormantes du Tchad ne seraient pas d’accord sur ses choix.

Pour la faisabilité dudit dialogue, « le GRAP-appel du 1er juin propose le contenu et un format pour le dialogue », informe Le Pays. « Dans un document largement diffusé en début de semaine, le groupe de réflexion et d’action pour l’appel du 1er juin 2021 propose du contenu pour la préparation du dialogue et une clé de répartition des participants avec et sans droit de vote. En plus de suggérer des modifications pour la conduite de la transition, le Gra-appel 1er juin propose des éléments pour la refondation de l’État tchadien avec les acteurs », résume Le Pays.

« La répression sanglante à Abéché, un problème de gouvernance locale », constate Le Citoyen. « le 24 janvier 2022, une manifestation éclate à Abéché, chef-lieu de la province du Ouaddai pour demander l’annulation d’un décret nommant un chef de canton qui venait d’être créé. La foule est dispersée et réprimée avant faisant des morts d’hommes et de nombreux blessés ».

« Un accord de non agression signé », annonce Le Visionnaire. « La ville d’Abeché, chef-lieu de la province du Ouaddai, a été à feu et sang les 24 et 25 janvier 2022. Les manifestants contre l’intronisation du chef de canton Bani-Halba à Abéché ont été arrosés de balles réelles. Bilan de cette barbarie, 11 morts et une soixantaine de blessés selon le gouvernement. Mais, de sources locales, il y eu 21 morts et 86 blessés. Quatre membres du gouvernement ont fait le déplacement sur le terrain pour réconcilier les protagonistes. Un accord de non agression a été signé », ajoute Le Visionnaire.

« Wakit Tamma chez Mahamat Kaka », informe Le Citoyen. « Le climat délétère entre Wakit Tamma et les autorités de transition se relâche. Longtemps « diabolisée » par ses détracteurs, parce qu’elle refuse le dialogue, la plateforme Wakit Tamma, par la voie de son coordonnateur Me Max Loalngar, a annoncé au micro des services de la communication présidentielle que le bureau exécutif a été reçu, le 9 février 2022, par le président du Conseil militaire de transition, le général Mahamat Idriss Déby », informe Le Citoyen.

« Les SAO recherchent un stade pour jouer la Gambie », annonce Le Pays ». Le stade Idriss Mahamat Ouya n'étant plus homologué et officiellement en travaux, le comité de redressement réfléchit à délocaliser la réception de la Gambie qui se déroulera entre les 21 et 29 mars prochain dans le cadre des préliminaires de la coupe d’Afrique des nations 2023 qui aura lieu en côté d’Ivoire », conclut Le Pays.



Dans la même rubrique :
< >

Pour toute information, contactez-nous au : +(235) 99267667 ; 62883277 ; 66267667 (Bureau N'Djamena)





TRIBUNE & DEBATS