Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
Revue de Presse

Tchad : la revue de presse du 8 au 14 novembre 2021


Alwihda Info | Par Tchonchimbo Ouapi Raphaël - Yana Abdoulaye - 14 Novembre 2021


Profanation de la paroisse Saint Isidore Bakandja de Walia de Goré, le pré-dialogue national inclusif, l'incendie survenu sur le site pétrolier de Miandoum et la crise alimentaire constituent l'essentiel des sujets traités par les journaux de la semaine.


Tchad : la revue de presse du 8 au 14 novembre 2021.
Tchad : la revue de presse du 8 au 14 novembre 2021.
"La profanation de la paroisse Saint Isidore Bakandja de Walia Goré à N'Djamena, signe des sales saisons", titre à sa une Le Visionnaire. "La scène s'est passée dans l'après-midi du 3 novembre 2021 où des forces de l'ordre, précisément des militaires en bérets rouges, lourdement armés, ont fait irruption dans les locaux de la paroisse Saint Isidore Bakandja de Walia Goré dans le 9ème arrondissement. Les motifs, seuls les concernés en savent quelque chose. Informé de la scène, le premier responsable de cette paroisse, le curé Simon-Pierre Madou, descendu sur les lieux pour en savoir plus, a été brutalisé par ces militaires", rapporte Le Visionnaire.

"Des barbarie à outrance", titre à sa une N'Djamena Hebdo. Dans les colonnes de ce journal, l'archevêque métropolitain, Mgr Djitangar Goetbé Edmond demande aux autorités de garantir le caractère laïc du Tchad et le respect des lieux de culte. "Nous dénonçons certaines attitudes et comportements de mépris que certains compatriotes adoptent vis-à-vis de la religion des autres. C'est une forme d'intolérance qui ne doit pas avoir place dans une société plurielle comme la nôtre. Ceux qui se conduisent ainsi se mettent en guerre contre Dieu car Dieu ne méprise aucune prière parfaite de bon cœur et avec une conscience droite, quelle que soit la confession religieuse du croyant".

"Imams et pasteurs muets comme des carpes", ajoute Abba Garde. Pour l'hebdomadaire, face à la profanation de la paroisse Saint Isidore Bakandja de Walia Goré, ni le secrétaire général de l'Entente des églises et missions évangéliques au Tchad (EEMET) ni le président du Conseil supérieur des affaires islamiques (CSAI), moins encore la plateforme interconfessionnelle, ni le gouvernement n'ont daigné lever le petit doit. Tout le monde s'est plongé dans un silence troublant", s'étonne Abba Garde.

Pré-dialogue, "la foire des clients", estime Abba Garde. "Depuis des semaines, les tchadiens des 23 provinces et même ceux de la diaspora sont consultés pour décider de l'avenir de leur patrimoine commun qu'est le Tchad. Mais, ces assises semblent être à côté de la plaque vu le comportement peu orthodoxe de certains citoyens qui pensent être au-dessus de tout et pensent avoir le monopole de gouvernance", constate Abba Garde.

Selon l'éditorialiste de N'Djamena Hebdo, c'est de la mascarade nationale inclusive. "Les pré-dialogues qui annoncent les couleurs du prochain grand dialogue, sont en réalité, une mascarade, au regard des participants choisis, des sujets retenus, de la conduite cavalière des échanges, etc. Les sujets brûlants comme la forme de l'État (au moment où les tortures dans le Tibesti et les conflits intercommunautaires poussent de plus en plus de tchadiens à réfléchir sérieusement à la fédération) et la laïcité de l'État (quand des militaires souillent une paroisse catholique dans la capitale et frappent son curé), sont et seront soigneusement ficelés ou escamotés", analyse N'Djamena Hebdo.

"Pré-dialogue pour la ville de N'Djamena, le retour à l'ordre constitutionnel de 1996", rapporte Le Visionnaire. "Les fausses notes du pré-dialogue de N'Djamena", ajoute Abba Garde. Pour le journal, le pré-dialogue qui devrait, en principe, tracer les grandes lignes du prochain dialogue national inclusif, s'est transformé en une rencontre d'enfants de l'école du dimanche dans la capitale tchadienne. Les généraux qui ont pris part à ces assises avaient régné en maîtres", dit-il. "Les participants proposent la restauration de la constitution de 1996", ajoute l'Observateur.

"Les forces vives ont proposé entre autres, la restauration de la constitution de 1996, l'instauration d'un mandat présidentiel de 5 ans renouvelable une seule fois ; l'organisation d'un référendum pour l'adoption de la nouvelle constitution ; l'instauration du Sénat ; la mise en place d'un État unitaire fortement décentralisé ; le retrait de la présidence du conseil supérieur de la magistrature pour garantir la séparation du pouvoir ; accorder une subvention annuelle aux parties politiques ; restaurer des cours d'instruction civique dans les écoles ; assurer un quota de 2% dans les nominations aux fonctions pour les personnes handicapées", propose les participants au pré-dialogue pour la ville de N'Djamena.

"Un incendie ravage le secteur pétrolier au Tchad, 55 milliards partis en fumée à Miandoum", annonce Salam Info. "Quatre cuves de stockage de pétrole brut et autres équipements pour la production du champ pétrolier de Miandoum dans le Logone oriental sont partis en fumée le vendredi 5 novembre 2021. Des dégâts évalués à plus de 55 milliards".

"Les dieux sont-ils fâchés ?", s'interroge Le Visionnaire. Pendant que le bras de fer entre les employés d'Esso-Tchad et ses employés se poursuit à la Cour d'appel, le site pétrolier de Miandoum dans le Logone occidental est parti en fumée. Un incendie d'origine inconnue à consumé quatre cuves de stockage de brut. Du jamais vu depuis les premières heures de l'exploitation de l'or noir", rapporte Le Visionnaire.

"La famine est devant nos portes", informe Abba Garde. "L'organisation Famine Early Wearning systèms Network (Fews Net), une ONG américaine, vient de lancer une alerte à travers son rapport qui annonce cette année, une famine au Tchad", relais Abba Garde.
 



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 31 Mai 2019 - 15:48 Tchad : un mois de mai bien sombre


Pour toute information, contactez-nous au : +(235) 99267667 ; 62883277 ; 66267667 (Bureau N'Djamena)