Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Tchad : les forces de l'ordre tentent de déloger les occupants du Sultanat d'Abéché


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 16 Août 2019 modifié le 16 Août 2019 - 20:00



Tchad : les forces de l'ordre délogent les occupants du Sultanat d'Abéché. © Alwihda Info
Tchad : les forces de l'ordre délogent les occupants du Sultanat d'Abéché. © Alwihda Info
Les forces de l'ordre déployées autour du Palais Royal du Sultanat du Ouaddaï à Abéché ont tenté une nouvelle dispersion, en début de soirée, des manifestants qui refusent de quitter les lieux, entrainant un mouvement de foule.

La famille Royale se trouve toujours à l'intérieur du Palais et n'entend pas quitter les lieux. Elle estime que l'Etat doit construire un autre Palais pour le nouveau Sultan.

"Le Palais est à notre grand-père Mahamat Ourada. Le Sultanat aussi. Aujourd'hui, Déby l'a pris et l'a donné à quelqu'un qu'on ne connait pas. En plus, sans nous consulter, on nous demande de quitter le Palais. On ne donnera pas le Palais. L'issue est la mort seulement. Nous ne sortirons pas", selon Fatimé Saleh Mahamat Ourada.

Au cours de la journée, un véhicule a fait le tour de la ville, appelant la population à sortir massivement pour accueillir le nouveau Sultan du Ouaddaï, Chérif Abdelhadi Mahdi.

Tchad : les forces de l'ordre tentent de déloger les occupants du Sultanat d'Abéché. © Alwihda Info
Tchad : les forces de l'ordre tentent de déloger les occupants du Sultanat d'Abéché. © Alwihda Info
Une vingtaine de véhicules des forces de l'ordre encerclent le Palais depuis 16 heures, tandis que l'attroupement des civils n'a fait qu'augmenter, portant leur nombre à plusieurs centaines.

"Nous allons mourir ici, personne ne peut changer la destinée de notre Royaume, si ce n'est pas Dieu", a déclaré un manifestant.

"Depuis hier, nous ne voyons que des forces de sécurité. Nous ne comprenons rien de la situation. Nous ne laisserons pas le Palais. Ce qui appartient à notre grand-père, nous mourrons martyr", a affirmé Zara, une manifestante présente sur les lieux depuis hier.

Le cri "Allahou Akbar" est entendu et chanté par la foule.

Une tente a été dressée devant le Palais pour les femmes qui lisent les versets coraniques, tandis que les hommes occupent la cour du Palais.

"Notre réaction est vivement coercitive avec la réaction de la population abéchoise. On veut vraiment savoir si on est dans une situation démocratique ou dictatoriale. On ne peut pas venir exproprier le bien d'autrui sans son avis et sans préavis. On est prêt à mourir pour notre bien. C'est notre propriété. Nous, on ne doit pas sortir pour lui laisser cette place. C'est notre symbole", a indiqué un membre de la famille Royale.

D'après un autre manifestant, "les forces de l'ordre disent avoir reçu l'ordre de nous déloger. Nous sommes allés voir le gouverneur, il dit que l'ordre vient d'en haut".

En fin de journée, un véhicule militaire à vitres fumées s'est approché du portail, avant de repartir quelques minutes après.