Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ACTUALITES

Tchad: les rebelles prisonniers présentés à la presse


Alwihda Info | Par - Җ€BIЯ - - 16 Février 2008

"Les pièces à convictions saisies sur les mercenaires portant l’estampille du Soudan, sont la preuve tangible de la volonté du régime d’Elbéchir de déstabiliser le Tchad. Dans le lot des documents présentés, figurent les pièces d’identité de deux des responsables des mercenaires. Il s’agit de la carte de Tahir Guinassou et du passeport de service d’Abakar Tolli." Le site de la Présidence tchadienne.


Tchad: les rebelles prisonniers présentés à la presse
Selon le site de la Présidence tchadienne, il y eu au total 136 mercenaires à être présentés à la presse nationale et internationale mercredi 13 février 2008. Parmi eux des officiers et sous-officiers. Sur les 136 prisonniers, on compte une trentaine de blessés dont 9 cas nécessitant des opérations chirurgicales. La plupart sont des jeunes âgés entre 16 et 30 ans. Selon les responsables de la sécurité, les blessés sont suivis par une équipe médicale.

"40 pour cent de ces prisonniers de guerre sont des Soudanais, a déclaré le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique Ahmat Mahamat Béchir", poursuit le site.

"Les pièces à convictions saisies sur les mercenaires portant l’estampille du Soudan, sont la preuve tangible de la volonté du régime d’Elbéchir de déstabiliser le Tchad. Dans le lot des documents présentés, figurent les pièces d’identité de deux des responsables des mercenaires. Il s’agit de la carte de Tahir Guinassou et du passeport de service d’Abakar Tolli", explique-t-on.

"Toutes ces preuves palpables réunies démontrent à suffisance l’implication directe du Soudan par mercenaires interposés, dans la remise en cause des institutions républicaines. Mais le gouvernement, le peuple tchadien et les forces de défense et de sécurité sont plus que jamais déterminés à défendre à tout prix, en tout lieu et en toute circonstance l’intégrité territoriale, la souveraineté et l’indépendance du Tchad", a-t-on conclu.